jeudi 13 mai 2021Covid-19: 3419 cas, 2544 guéris, 121 décès.
Shadow
               
                   

La grogne grandissante de la société civile fait trembler la dictature au Tchad

 Au Tchad, à la veille de la « Marche du peuple pour la justice, l’inclusion et l’alternance en 2021 », le ministre de la Sécurité publique et de l’Immigration, le Général Mahamat Tahir Orozi multiplie les arrêtés d’interdiction.

Lundi 1er février, le ministre de la Sécurité publique a signé un arrêté portant interdiction des manifestations de la Coordination des mouvements « Citoyen Le Temps », « Dynamique Stop ça suffit », « Les Transformateurs » et l’association des diplômés sans emploi prévues les 4, 5, 6 et 7 février 2021 à N’Djamena et dans certaines provinces. 

Jeudi 4 février, le Général Mahamat Orozi a signé un autre arrêté portant interdiction formelle de la marche organisée par la plateforme « Le Tchad D’abord » et ses sympathisants le 6 février 2021 dans les 23 provinces de notre pays. Il estime que « le rassemblement d’une foule nombreuse sur la voie publique engendre des troubles à l’ordre public ». Le ministre a instruit la police, la gendarmerie et la garde nomade de faire appliquer la mesure d’interdiction.

Mais comme toutes les organisations de la société civile ont maintenu leurs mots d’ordre de marche pacifique en évoquant onze raisons, le régime de N’Djaména passe à la vitesse supérieur en faisant une démonstration sans équivoque de ses forces répressives.

Depuis ce jeudi, le Groupement Mobile d’Intervention de la Police (GMIP) a renforcé sa présence dans la ville de N’Djamena, avec des gros moyens anti-émeutes. Une présence policière renforcée est notamment constatée aux ronds-points des différents arrondissements de la capitale. Au quartier Gassi, plusieurs camions de la police équipés de jets d’eau chaude sont aperçus depuis ce jeudi matin, a rapporté le journal Alwihdainfos. « Ce n’est pas bien de montrer une telle force devant les enfants qui partent le matin à l’école. Aujourd’hui, c’est la peur à la vue de toutes ces armes », déplore une habitante du quartier.

Trois militants des « Transformateurs » ont été blessés ce jeudi soir à Gassi par des tirs de gaz lacrymogène. Ils se seraient rendus au siège du mouvement pour assister à une réunion, a expliqué Dr Succès Masra. Selon lui, il s’agit d’une réunion des « Transformateurs » qui a lieu chaque semaine depuis sa création. Des véhicules du GMIP ont renforcé leur présence aux abords du siège des « Transformateurs ».

Ce vendredi 5 février, les diplômés sans emploi on bravé l’interdiction pour exprimer leur colère. Plusieurs dizaines de jeunes ont bloqué la voie du pont de Walia en sifflant et brandissant des écriteaux. Un pneu a également été brulé au milieu de la route. Selon le journaliste @Guedmoussa, les leaders de la manifestation ont été arrêtés vers le Rond point Centenaire.

La question que tout le monde se pose au Tchad est la suivante : quand est-ce que cette dictature honnie par le peuple va-t-elle enfin tomber et pourquoi ce moment tarde-t-il ? Les chancelleries occidentales s’interrogent depuis quelques années sur le comportement très répressif du régime face à sa population.

Elles sont au total huit organisations de la société civile à vouloir faire la Grande marche du samedi 6 février 2021.  Plusieurs formations politiques dont le Parti Populaire pour la Liberté (PPL) de Issa Hissein Alkhali et la Convention tchadienne pour le progrès et le développement (CTPD) de Laoukein Kourayo Médard, ont annoncé leur participation à cette « marche du peuple » pour protester contre une éventuelle candidature pour un sixième mandat présidentiel de l’homme qui tient le Tchad d’une main de fer depuis plus de trois décennies.

Il faut rappeler que le secteur public est en grève au Tchad depuis plus de trois semaines. La plateforme syndicale revendicative, regroupant les organisations syndicales UST, CIST, SYNECS et SYMET, a lancé depuis le 11 janvier une grève générale des travailleurs avec service minimum dans les hôpitaux, pour exiger la levée du gel des effets financiers des avancements et reclassements et le paiement des frais de transport de 2017 à 2019.

Il faut aussi noter que le Mouvement patriotique du salut (MPS), parti au pouvoir au Tchad, tiendra ce samedi 6 février, son 9ème congrès extraordinaire d’investiture de son candidat à l’élection présidentielle d’avril 2021. A l’issue de ce congrès, sans une once de surprise, les griots du régime désigneront par acclamation leur président-fondateur, le Maréchal Idriss Déby pour un sixième mandat à la tête de ce pauvre pays d’Afrique centrale.

TchadConvergence avec les agences locales

Merci de partager cet article...
  • 17
    Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.