mardi 03 août 2021Covid-19: 3419 cas, 2544 guéris, 121 décès.
Shadow
               
                   

Au Tchad, le Maréchal Idriss Déby investi candidat à un sixième mandat sur fond de manifestations et de violences policières

Le Maréchal Idriss Déby a été investi sans surprise par son parti candidat pour un sixième mandat à l’élection présidentielle du 11 avril 2021 après trente ans de pouvoir sans partage. Mais, la cérémonie d’investiture a été perturbée par des manifestations d’activistes et de partis politiques d’opposition qui sont contre ce sixième mandat.

Idriss Déby, âgé de 68 ans, dirige le Tchad d’une main de fer, mais il est largement soutenu par la communauté internationale, qui voit en lui un allié essentiel dans la lutte contre les terroristes et un élément stabilisateur dans la région, alors que son pays est entouré d’Etats aussi faillis que la Libye, la Centrafrique ou le Soudan.

« Si l’émotion d’être investi candidat à une élection présidentielle est toujours forte, celle que je ressens aujourd’hui a une portée plus grandiose », a déclaré M. Déby devant les militants de son parti, le Mouvement patriotique du salut (MPS). « Permettez-moi, mes frères et sœurs, de vous dire que c’est après une mûre et profonde introspection que j’ai décidé de répondre favorablement à cet appel, cet appel du peuple », a-t-il poursuivi, après avoir été désigné candidat par acclamation par les membres de son parti.

L’opposition a appelé samedi à des manifestations pour réclamer plus de justice sociale et l’alternance politique, mais celles-ci ont été interdites au motif qu’elles risquent « d’engendrer des troubles à l’ordre public ». Mais, ce samedi, des nombreux manifestants ont brûlé de pneus dans plusieurs arrondissements de la capitale tchadienne avant que que la police antiémeute, le Groupe mobile d’intervention de la police (GMIP) intervienne violemment.

 Le président des « Transformateurs », Succès Masra s’est réfugié avec plusieurs militants de son parti au sein de l’ambassade des États-Unis, dans le 7ème arrondissement. Succès Masra et plusieurs militants de cette formation «manifestaient dans une rue près de l’ambassade quand la police a utilisé des gaz lacrymogène», a déclaré à l’AFP un responsable de l’ambassade américaine. Selon ce responsable, les manifestants se sont alors «dirigés un peu avant midi vers l’ambassade et se sont installés dans notre périmètre de sécurité».

«Un groupe de manifestants, Succès Masra en tête, a violé les locaux de l’ambassade des États-Unis et a violenté les éléments de la police en faction devant l’ambassade, ce qui a conduit la police nationale à intervenir pour interpeller quelques manifestants», a accusé de son côté le porte-parole de la police tchadienne, Paul Manga, affirmant que des policiers ont été blessés.

Plusieurs manifestants dont le défenseur des droits de l’homme Mahamat Nour Ibedou et la trésorière du mouvement les « Transformateurs », Fatimé Abdelkerim Soumaïla qui participaient à la marche pacifique, ont été interpellés par la police.

TchadConvergence avec AFP et les Agences

Merci de partager cet article...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.