A New-York, les Etats-Unis tancent à nouveau le régime d’Idriss Déby sur les droits de l’homme au Tchad

/1 514 vues

Le Président tchadien Idriss Déby a reçu ce mercredi, à New-York, Tibor Peter Nagy, Secrétaire d’Etat adjoint des Etats-Unis pour les Affaires africaines.

C’est en marge de la 74ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies que le dictateur tchadien a accordé cette audience au Secrétaire d’Etat adjoint aux affaires africaines américain. Cet entretien qui a duré une heure s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Cherif Mahamat Zène, de l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Tchad aux Etats-Unis, Gali Ngoté Koutou, du directeur de cabinet adjoint, Abdelkerim Idriss Déby ainsi que du Conseiller diplomatique, Acheikh Ibn-Oumar.

« Nous avons discuté de la contribution importante du Tchad à la sécurité régionale et de l’importance du respect des droits de l’homme. Nous avons également parlé de la manière de renforcer les liens commerciaux entre les États-Unis et le Tchad », a écrit sur Twitter le Monsieur Afrique du Président Donald Trump.

Depuis le mois de juin dernier, la diplomatie américaine semble avoir haussé le ton contre le régime de l’homme qui tient le Tchad d’une main de fer depuis près de trois décennies sur la question des droits de l’Homme.

Selon le journal Le Pays, quelques jours après l’instauration de l’état d’urgence dans les trois provinces, vers la fin du mois d’août, le chargé d’affaires de l’ambassade des Etats-Unis aurait demandé à voir le ministre de la Défense et de la Sécurité suite à des informations faisant état d’exécutions sommaires. En vain. A la suite d’un courrier, le diplomate américain a finalement été reçu par un responsable du ministère des affaires étrangères.

Le 25 septembre 2019, Madame Jessica Davis Ba, nouvelle Chargée d’Affaires de l’Ambassade des Etats-Unis a été reçue en audience par le ministre de la Justice, Chargé des Droits Humains Djimet Arabi.

Madame Jessica Davis Ba Chargée d’Affaires de l’Ambassade des Etats Unis d’Amérique au Tchad reçue en audience par Djimet Arabi , Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, Chargé des Droits Humains.

Dans un communiqué publié le 23 août 2019, l’Ambassade des États-Unis d’Amérique au Tchad a appelé à « un règlement pacifique des conflits au Tchad ». Ce communiqué de l’ambassade américaine est tombé quelques jours après le « permis de tuer » délivré par le Président Idriss Déby aux forces de l’ordre face à la recrudescence des conflits intercommunautaires au Tchad.« S’il y a encore des conflits entre Arabes et Ouaddaïens vous en tuez dix de chaque côté afin de sauver la majorité. Vous avez l’autorisation », a lancé le Président Déby aux autorités locales lors d’un déplacement à Goz Beida dans la province du Sila.

Un autre communiqué très virulent, publié le 7 juin 2019, par l’ambassade des Etats-Unis à N’Djaména a critiqué l’interdiction au nom du risque sécuritaire des manifestations dans notre pays. « La liberté d’association est un pilier fondamental de la démocratie. Cela comprend entre autres l’autorisation sans délai des partis politiques qui répondent aux critères établis légalement », a écrit l’ambassade des États-Unis dans son communiqué. A travers sa représentation diplomatique au Tchad, Washington demande au régime d’Idriss Déby de «faciliter la participation» de tous les acteurs «à toutes les étapes du processus» politique. D’abord, «l’autorisation sans délai des partis politiques qui répondent aux critères établis» et ensuite «le plein respect du droit des citoyens de se rassembler paisiblement, même lorsque le but du rassemblement est de critiquer le régime et d’inciter les citoyens à voter contre le parti au pouvoir», selon le communiqué américain.

Un message qui recoupe celui de l’ambassadeur de l’Union Européenne qui a demandé aux autorités tchadiennes, quelques semaines avant ce communiqué, d’ouvrir le jeu politique, si elles veulent que la communauté internationale les assiste dans l’organisation des prochaines élections.

Sur le plan de la sécurité dans le Sahel, l’ambassade des États-Unis a remis jeudi 26 septembre une aide de matériels de 60 véhicules flambants neufs au groupement spécial antiterroriste du Tchad. « Il s’agit de la deuxième aide des États-Unis, qui nous avaient déjà livré 39 véhicules, explique Abdramane Youssouf Mery, commandant du groupement spécial antiterroriste au Tchad. 

C’est le Chef d’Etat-Major Général des Armées du Tchad, le Général 4 étoiles, analphabète et sans aucune formation, Tahir Erda Tahiro qui a réceptionné les 60 véhicules tactiques destinés au bataillon du groupement spécial anti-terroriste appartenant aux forces conjointes du G5 Sahel. Cliquez pour écouter son discours inintelligible.

Washington a préféré jusqu’à présent donner une aide directe, plutôt que de passer par les Nations unies. Une position qu’a rappelée Jessica Davis Ba, chargée d’affaires à l’ambassade des États-Unis. « L’approche américaine est bilatérale, consistant à renforcer les capacités de chaque État. Ce matériel, c’est la deuxième tranche d’un ensemble de formations et d’équipements qui s’élèvera à plus de 28 millions de dollars pour le Tchad ».

TchadConvergence

Une réaction sur “A New-York, les Etats-Unis tancent à nouveau le régime d’Idriss Déby sur les droits de l’homme au Tchad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.