dimanche, septembre 27Covid-19 (Tchad): 1171 cas, 1003 guéris, 82 décès.
Shadow

Étiquette : Culture

Tchad: lancement à Am-Djarass de la 5e édition du Festival International des Cultures Sahariennes (FICSA)

Tchad: lancement à Am-Djarass de la 5e édition du Festival International des Cultures Sahariennes (FICSA)

À la Une, Image du jour
La 5ème édition du Festival International des Cultures Sahariennes (FICSA) est officiellement lancée ce samedi 30 mars 2019 à Am-Djarass, dans l’Ennedi, au nord-est du Tchad. Du 30 Mars au 05 Avril 2019, la ville d’Am-Djarass, fief du dictateur tchadien accueille pour la deuxième fois le Festival international des cultures sahariennes (FICSA). L'édition 2019 a pour thème "Coopérons pour une Jeunesse porteuse d’Espoir". La cérémonie, riche en couleur, s’est déroulée en présence d’un parterre d’officiels dont des délégations venant de 7 pays. Le Président Idriss Déby s’est fait représenter par le Ministre d’Etat, Ministre Secrétaire général de la Présidence de la République. Le Maroc, le Niger, la Mauritanie, la Tunisie, l’Algérie et le Mali ont dépêché des groupe...
Tchad: FICSA 2019 se déroulera du 30 mars au 5 avril à Am-Djarass

Tchad: FICSA 2019 se déroulera du 30 mars au 5 avril à Am-Djarass

À la Une, Image du jour
La 5ème édition du Festival international des cultures Sahariennes (FICSA), est programmée du 30 mars au 5 avril 2019 à Am-Djarass, sous le haut patronage du président de la république du Tchad Idriss Déby, a annoncé le président du comité permanent d’organisation du Festival international des cultures Sahariennes. C’est au total 8 pays à savoir, le Niger, le Cameroun, le Maroc, la Tunisie, l’Algérie, l’Italie, la France et 12 provinces du Tchad, qui seront représentés à ce festival, afin de valoriser leurs produits et leurs biens culturels. Pour le président du comité permanent d’organisation du FICSA, Abakar Rozzi Teguil, ce festival vise à promouvoir les cultures sahariennes, valoriser le patrimoine naturel et le brassage des cultures entre les pays. « La particu...
Tchad: lancement du festival « Dary » à N’Djaména

Tchad: lancement du festival « Dary » à N’Djaména

À la Une, Image du jour
Le festival national des arts et cultures du Tchad dénommé "Dary" est lancé, samedi à la place de la Nation de N’Djaména. Les représentants de 23 provinces du pays se rivaliseront d’ardeur pour montrer les cultures, us et coutumes de chaque partie du Tchad. Lançant les festivités, le ministre de la Culture, Mme Madeleine Alingué a déclaré que "le Tchad est  beau, berceau de l’humanité et le carrefour des civilisations du monde du Sao et la source de civilisation". "A travers ce festival, a dit Mme Alingué, il est question de redynamiser les acteurs de la culture et renforcer l’artisanat comme secteur pourvoyeur des richesses". Pendant 12 jours, les 23 provinces du Tchad vont montrer leurs cultures artistiques, us et coutumes. "Ce festival, a souligné Abakar Rozzi Téguil, coordonna...
Idriss Déby tente encore de diviser pour mieux régner: « les Tchadiens arabophones sont plus patriotes que les francophones »

Idriss Déby tente encore de diviser pour mieux régner: « les Tchadiens arabophones sont plus patriotes que les francophones »

Politique et Société
Dans une interview accordée en arabe à la télévision nationale, l'homme qui tient le Tchad d'une main de fer depuis plus de 28 ans tente maintenant de diviser les tchadiens selon la langue et la culture. "Les tchadiens arabophones sont plus patriotes que les francophones aliénés par la colonisation et la culture occidentale", a déclaré le despote du Palais rose dans une tentative de management linguistique, après avoir divisé les Tchadiens suivant la religion en instaurant le serment confessionnel dont la formule a été écrite par le Conseil Supérieur des Affaires Islamiques (CSAI) dans un pays laïc.
« Moi, Ngadatna, le fils opposant » (Roman du Pr Djona Atchénémou Avocksouma)

« Moi, Ngadatna, le fils opposant » (Roman du Pr Djona Atchénémou Avocksouma)

Éducation, Santé et Lutte contre la Pauvreté
"Pour une fois, je crois que tu as raison, reprit mon père avec une colère noire. Je me disais que le genre de personne comme toi ne devrait pas penser à la progéniture. Pour engendrer quoi, hein ? Un autre monstre comme toi ? Tu es déjà un raté complet Quel type d’enfant devrait te succéder un jour, hein ? Comme ça, on arrête les frais, et on ne contribue plus à reproduire une race pareille. Le perdant de la vie, voilà exactement ce que tu es. A mon avis, avoir une descendance de toi, c’est avoir des flemmards, des incapables, des queutards, des raclures abruties, des allumeurs, tu es soulard comme une mouche de Moursal. La réponse du fils est plus cinglante encore : Papa me traitait de bon à rien, un inexistant, un idiot, un microbe. Mais comment peut-on penser et n’est pas être, hein ? ...