Accueil > À la Une > Révoqué, puis réhabilité quelques jours après selon les humeurs du dictateur: quelle légitimité pour les chefferies traditionnelles au Tchad ?
3 542 vues

Révoqué, puis réhabilité quelques jours après selon les humeurs du dictateur: quelle légitimité pour les chefferies traditionnelles au Tchad ?

Le chef de Canton de Bol, Youssouf Mbodou Mbami, révoqué par le décret n°012 du 17 janvier 2017, puis réhabilité par le décret n°057 du 13 février 2017, a été accueilli triomphalement à Bol, chef-lieu de la région du Lac. Déjà depuis sa réhabilitation la ville vit au rythme d’un festin grandiose. Le cortège du chef de Canton Youssouf Mbodou Mbami, composé d’une centaine des véhicules, parti de N’Djaména, a été accueilli à Matafo, à 15 kilomètres de la ville.

Des cris, des youyous et autres formes des joies sont à leur comble. Des femmes et des hommes massés dansent au rythme des mélodies traditionnelles locales. Puis le cortège s’ébranle vers la ville de Bol. De l’entrée de Bol, jusqu’au Palais Royal du chef de Canton, c’est une marrée humaine qui se dresse. Des danses folkloriques, notamment Kanembou, des musiques modernes et autres résonnent partout dans la ville. Et la fête continue. Des dizaines des chefs de canton venus de Hadjer-lamis, de Bahr-El-Ghazal, du Kanem, de tous les coins du Lac, bref des chefs traditionnels du Kanem géographique, sont venus témoigner de leur gratitude à sa Majesté Youssouf Mbodou Mbami, pour sa réhabilitation. «Dieu merci, il nous revient en tant que chef de canton», s’exclame, un membre de la communauté.

Avant son arrivée à Bol, le cortège du chef de Canton Youssouf Mbodou Mbami, a été accueilli avec faste avec les différentes localités sur sa route respectivement à Massakory, Ngouri, Djidada, Dibinintchi, Isserom etc.

Le chef de Canton de Bol, Youssouf Mbodou Mbami, a été révoqué le 17 janvier 2017, par un décret présidentiel, sans donner des explications sur les raisons de sa révocation. Cette décision de la plus haute autorité a sonné comme un tonnerre au sein de la communauté Boudouma de Bol. Après plusieurs démarches, les autorités reviennent a leur décision en le réhabilitant dans sa communauté comme chef de Canton, le 13 février 2017 au moment où il était à N’Djaména. Aussitôt les membres de sa communauté se sont retrouvés à son domicile de N’Djaména, pour fêter cette réhabilitation au rythme de Tam-Tam et Algaïta.

TchadConvergence avec Tchadinfos

One thought on “Révoqué, puis réhabilité quelques jours après selon les humeurs du dictateur: quelle légitimité pour les chefferies traditionnelles au Tchad ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.