La situation des femmes en prison au Tchad: 39 jeunes femmes incarcérées à Am-Sinéné depuis plusieurs années sans aucun jugement

/2 151 vues

Plusieurs associations féminines ont effectué une visite le mercredi 24 juillet 2019 à la maison d’arrêt d’Am-Sinéné à N’Djaména pour s’imprégner des conditions de détention des femmes dans cette prison.

La visite a été conduite par la présidente de l’association La Voix de la Femme, Madame Amina Tidjani Yaya. Elle était accompagnée des présidentes d’autres entités associatives féminines dont Mesdames Mandé Kodjé Nako et Koubia Djako de l’association l’Action des Femmes pour la Paix et le Développement, de Madame Meram Mahamat Surba de l’Association des Jeunes Filles contre la Violence et la Prostitution, de Madame Emelu Mingar de l’Association des Femmes Anti-clivages de Mme Zenabe Florence, ainsi que d’autres associations féminines de N’Djamena.

La maison d’arrêt d’Am-Sinéné compte plus de 2000 détenus dont environ 39 femmes majoritairement âgées de moins de 35 ans. Leurs conditions de détention sont jugées déplorables.

La délégation a abordé avec les femmes détenues plusieurs questions relatives à leurs conditions de détention, particulièrement la question d’hygiène de la maison d’arrêt, la lenteur relative au traitement de leur dossier par la justice, la durée de leur détention prolongée et la nourriture.

Certaines détenues sont incarcérées depuis 2 à 5 ans sans jugement.

« Comme toutes les femmes libres, ces femmes qui sont détenues à la maison d’arrêt devraient avoir droit à la justice, à la liberté, à l’éducation, à la formation, à un procès équitable et à toutes autres formes des traitements sociaux basés sur le genre, issus de la Déclaration Universelle du droit de la femme et de l’enfant dont le Tchad fait partie », a déclaré la présidente de l’association La Voix de la Femme, Mme Amina Tidjani Yaya.

Elle a ajouté que beaucoup de femmes dans cette prison n’ont pas fait l’objet d’un procès et n’ont ni bénéficié d’un avocat pour leur défense.

Elle a indiqué que la justice devrait prendre des dispositions nécessaires afin que le jugement des femmes détenues soit fait dans les plus brefs délais et que le droit soit respecté.

Les associations ont remis des dons composés de savons et pommades aux femmes détenues.

TchadConvergence avec les associations féminines

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.