Exportation du pétrole brut d’Agadem au Niger: pourquoi la CNPC préfère Patrice Talon à Idriss Déby

/2 133 vues

Le Niger a lancé le 17 septembre 2019 les travaux de construction d’un pipeline de 2000 km devant relier ses champs pétroliers d’Agadem au port de Seme, au Bénin, apprend-on de bonnes sources.

Cette infrastructure estimée à 5 milliards de dollars, soit près de 3000 milliards de FCFA, sera réalisée sur une période de 2 ans par la China National Petroleum Corporation (CNPC).

Le projet du pipeline Niger-Bénin a été préféré à l’oléoduc initialement imaginé de 600 Km, qui aurait relié les puits d’Agadem au port de Kribi au Cameroun, via le Tchad. Mais bien que direct et d’un coût moindre, ce tracé n’a pas eu l’approbation de la CNPC, l’opérateur chinois, qui a connu une mauvaise expérience avec le Tchad,

Selon des sources concordantes, l’opérateur chinois CNPC aurait finalement invalidé ce tracé plus direct et d’un coût moindre, à cause d’une « mauvaise expérience » avec les autorités tchadiennes. En effet, le partenariat entre le Tchad et cet opérateur pétrolier chinois n’a pas toujours été un long fleuve tranquille.

Par exemple, après avoir été suspendue d’activité le 13 août 2013 par le gouvernement tchadien, pour « violation flagrante des normes environnementales », la CNPC a de nouveau croisé le fer avec les autorités tchadiennes début 2019, sur le contrôle de la Société de raffinage de Djarmaya (SRN).

Bien que contrôlant le capital de cette raffinerie à 60%, la CNPC se verra refuser la nomination d’un DG chinois, le gouvernement tchadien préférant la promotion des nationaux. Finalement, le poste sera attribué à l’un des fils du dictateur tchadien.

Mais, officiellement, les raisons de cette décision nigérienne sont « l’insécurité grandissante à ses frontières et la menace permanente que fait désormais peser la secte fondamentaliste Boko Haram dans la région du Lac Tchad ».

Selon des sources à N’Djaména, plusieurs projets chinois sont à l’arrêt au Tchad depuis un certain temps. Les chinois se détournent-ils du pays d’Idriss Déby ?

Sachant que tout est lié en Chine, que va-t-il maintenant se passer avec la construction d’un stade à Mandjafa dont la pierre inaugurale a été posée le jeudi 8 août par le Président Idriss Déby ? Ce nouveau stade omnisports, qui aura une capacité de 30 000 places et coûtera environ 50 milliards de francs CFA, est un don de la République populaire de Chine.

TchadConvergence avec les Agences

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.