Sommet de l’ONU pour le climat: le Président Idriss Déby a évoqué la question de la résilience

/1 159 vues

Les dirigeants de la planète se sont réunis lundi au siège de l’ONU à New York pour participer à un sommet consacré à l’urgence climatique. L’occasion pour les chefs d’État africains de rappeler l’importance de l’impact du réchauffement climatique sur le continent et de demander des mesures plus concrètes de la part de la communauté internationale.

Le Président Idriss Déby a fait valoir les initiatives du Tchad dans les secteurs de l’énergie, de l’agriculture et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, notamment. Mais il a aussi appelé les pays développés à soutenir sérieusement les efforts des pays africains pour faire face à un dérèglement climatique dont ils sont peu responsables. 

« L’Afrique en général, et le Tchad en particulier, ne contribuant presque pas ou très faiblement aux émissions [de gaz à effets de serre], je voudrais souligner l’intérêt que nous portons à la question de la résilience. En effet, les principales conséquences du changement climatique dans mon pays sont entre autres la baisse et la variabilité pluviométriques, les sécheresses, la baisse des productions agricoles, l’assèchement et le rétrécissement des cours d’eau comme le lac Tchad, les inondations, les vagues de chaleur, les vents violents, l’avancée inquiétante du désert, la famine et l’exode rural faisant le lit de la menace terroriste. Pour  contenir les effets pervers des facteurs précités, le Tchad a adopté un plan réaliste et concret destiné à accroître les ambitions nationales en matière d’adaptation, d’atténuation et de mise en œuvre de sa Contribution Déterminée au niveau National (CDN). Dans le domaine de l’adaptation, il est question de promouvoir une agriculture intensive, de  développer les énergies renouvelables dans le monde rural et de renforcer les réseaux météorologiques. En matière d’atténuation, le Tchad s’engage à  produire 200 Gigawatt-heure par an de l’énergie solaire et  50 Gigawatt-heure par an de l’énergie éolienne».

Idriss Déby annonce que le Tchad envisage la construction d’une ligne nationale de 225 kilovolts pour interconnecter toutes les villes. Pour cela, explique-t-il, un effort tout particulier est nécessaire de la part des pays développés pour faciliter l’accès aux énergies renouvelables en les rendant moins chères que les combustibles fossiles. 

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.