Accueil > À la Une > Au Tchad, sept associations de la société civile appellent à une marche pacifique pour protester contre la baisse des salaires
2 672 vues

Au Tchad, sept associations de la société civile appellent à une marche pacifique pour protester contre la baisse des salaires

Dans une lettre de préavis adressé au ministre de l’Administration du Territoire, de la Sécurité Publique et de la Gouvernance Locale, le Collectif des organisations de la Société Civile (COSC) lance une marche pacifique le 25 janvier à N’Djaména.

Le Collectif COSC, regroupant sept associations de la société civile:
– La Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l’Homme (CTDDH);
– L’Association des Femmes pour le Développement et la Culture de la Paix au Tchad (AFDCPT);
– Le Mouvement Citoyen pour la Préservation des Libertés (MCPL);
– L’Association des Jeunes pour le Développement et la Lutte contre le Chômage et l’oisiveté au Tchad (AJDLCAT);
– L’Association des jeunes nomades pour le développement rural et la protection de l’élevage au Tchad (AJNDRPET);
– L’Observatoire pour la Promotion et la Défense des Droits Humains (OPDH);
– Et le Collectif Tchadien Contre la Vie Chère (CTVC);

entend protester ainsi contre « les déclarations du Chef de l’État visant à ramener les traitements et autres droits et avantages des travailleurs acquis à la situation de 2003, conformément aux règles régissant les manifestations sur la place publique ».
« Content d’avoir plongé les tchadiens dans une misère sans précédent, misère consécutive à une gouvernance calamiteuse, le gouvernement Tchadien par les propos du Président de la République compte maintenant faire subir aux traitements des salaires des travailleurs, d’autres coupes sombres en plus de celles endurées dans le cadre des sinistres seize mesures. Cette situation est d’autant plus inacceptable que nous nous estimons en droit de protester et entendons ainsi exercer pleinement et entièrement nos Droits constitutionnels. », conclut la lettre de préavis.

Le COSC appelle les militants et sympathisants à se rassembler dans les endroits suivants :
– Du terrain face à Oil Lybia, lieu de convergence 1er arrondissement ;
– De l’école du Centre en passant par le grand marché, lieu de convergence 2ème arrondissement ;
– Du Stade Idriss Mahamat Ouya, lieu de convergence 3ème  arrondissement ;
– Centre social Harazaye, lieu de convergence 4ème arrondissement ;
– Terrain Zène Bada lieu de convergence 5ème arrondissement ;
– De la place FESTAFRICA en face du restaurant le PELICAN, lieu de convergence 6ème arrondissement ;
– La population de Gassi, Atrone, lieu de rassemblement devant le lycée de Gassi, ceux d’Abena, Am-Toukouin, Boutalbagara, lieux stade du rond point gazelle ; Chagoua, Dembé derrière hôtel Santana et tous convergent vers le 7èmearrondissement;
– Lycée dit Tramol, lieu de convergence 8ème arrondissement ;
– Lycée de walia,  lieu convergence 9ème arrondissement;
– Terrain Hillé Houdjaj, lieu de convergence 10ème arrondissement.

Les destinations respectives seront les arrondissements où chaque groupe aura à lire la motion de protestation aux chefs d’arrondissements ou leurs représentants désignés à cet effet.

Maintenant, il reste à savoir si les syndicats des travailleurs, les premiers concernés par le projet du gouvernement selon lequel les salaires du personnel des départements ministériels et des institutions de l’État seront rabattus suivant la grille ci-dessous, rejoindront le mouvement.

Par un communiqué publié ce jeudi, la plateforme Syndicale Revendicative, regroupant:
– Union des Syndicats du Tchad (UST);
– Confédération Indépendante des Syndicats du Tchad (CIST);
– Et le Syndicat National des Enseignants et Chercheurs du Supérieur (SYNECS);

a fait savoir qu’elle « rejette totalement ces abattements et met en garde le gouvernement sur l’éventuelle application de ces mesures et appelle ses militantes et ses militants à une prompte réaction dès que le Décret sera publié ».

Il reste aussi à savoir si le gouvernement autorisera cette marche pacifique. En effet, à N’Djamena, toutes les manifestations hostiles au régime du dictateur Idriss Déby au pouvoir depuis plus de 27 ans sont systématiquement interdites par le ministère en charge de la Sécurité publique. Sauf, celles organisées par le MPS tendant à soutenir la politique de l’homme qui tient notre pays d’une main de fer.

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.