«

»

Nov 17

Un jeudi sous haute tension au Tchad: l’examen de la motion de censure contre le gouvernement et l’appel de l’opposition à un meeting à N’Djaména

3 047 vues

meeting-du-pld-dans-le-ouaddai(N’Djaména, 15 novembre 2016) – La conférence des présidents des groupes parlementaires de ce lundi 14 novembre a fixé l’examen de la motion de censure contre le gouvernement de Pahimi Padacket Albert pour le jeudi 17 novembre. Selon un communiqué parvenu à notre rédaction, le Front de l’Opposition Nouvelle pour l’Alternance et le Changement (FONAC) « appelle l’ensemble de la population de N’Djamena à un grand meeting de solidarité au peuple tchadien martyrisé, le jeudi 17 novembre 2016 à 15h précises au Stade d’Abena (Rond-point Gazelle) ».

Des députés de l’opposition tchadienne ont déposé le mercredi 19 octobre une motion de censure initiée par le député Madtoingue Benelngar contre le gouvernement de Pahimi Padacket Albert. Le président de l’Assemblée Nationale avait refusé de recevoir la motion qu’il devait transmettre au Gouvernement. Mais, saisi, le Conseil constitutionnel a validé la requête de l’opposition.

La motion comprend cinq points. Les députés de l’opposition, qui sont minoritaires à l’Assemblée nationale, demandent au gouvernement de dire comment il compte surmonter la crise économique au Tchad et la panne du système éducatif.

La motion de censure comprend aussi des questions concernant l’armée et ses missions à l’étranger, ainsi que la construction des infrastructures.

«Nous étions obligés de déposer la motion de censure parce qu’il y a des questions d’actualité qui concernent directement nos populations. Seize mesures ont été prises par le gouvernement, qui a foulé aux pieds certaines règles relatives au dialogue entre l’Exécutif, la société civile et l’opposition», a expliqué la députée Ildjima Abdraman, une militante de l’UNDR, le parti dirigé par l’opposant Saleh Kebzabo. «Jusqu’à présent, nos établissements scolaires publics sont fermés. La plupart de nos enfants sont à la maison ou dans la rue. Le niveau de vie n’est plus ce qu’il était il y a quelques années», a-t-elle ajouté.

Le Premier ministre doit aussi s’expliquer sur la destination des revenus tirés du pétrole exploité au Tchad depuis 2003.

La majorité présidentielle estime que «la motion de censure n’a pas sa raison d’être».

Dans son communiqué de presse, Le Front de l’Opposition Nouvelle pour l’Alternance et le Changement (FONAC) invite tous ses militants, sympathisants, toute la jeunesse patriotique tchadienne et l’ensemble de la population de N’Djamena à un grand meeting de solidarité au peuple tchadien martyrisé, le jeudi 17 novembre 2016 à 15 heures précises au Stade d’Abena (Rond-point Gazelle). « Fonctionnaire, étudiant, élève, commerçant, retraité, agriculteur, éleveur, diplômé sans emploi, ce meeting est pour toi, pour exiger le redressement du pays, afin que tout marche bien », conclut le communiqué du FONAC.

Il faut rappeler aussi que les écoles, collèges, lycées, universités et hôpitaux sont toujours fermés au Tchad depuis deux mois. Salaires impayés, suppression des primes, les syndicats sont en grève.

Du côté de la justice, la grève des magistrats commence à avoir des lourdes conséquences. Cela fait trois semaines que la justice est à l’arrêt. Après avoir observé deux semaines de grève pour exiger le retrait du décret portant réduction des indemnités des fonctionnaires, les magistrats ont décidé d’arrêter le travail pour un mois.

TchadConvergence

Dernière mise à jour: 17.11.2016 à 7h 10

 

(8 commentaires)

1 ping

Passer au formulaire de commentaire

  1. Allah-Kauis Neneck

    Je pense que la situation devient intenable et cela nécessite non pas un simple meeting politique mais plutôt un soulèvement populaire comme on a pu le voir ailleurs en Afrique. Je suis conscient que cela est difficile à réaliser dans le contexte tchadien, mais tout est possible quand on est acculé, affamé, humilié et réduit à la mendicité…

  2. Mbogo Seli Ericos

    Deby et ses compères ont franchi le rubicon.C’en est de trop,le Tchad n’est pas une propriété des Itno ou du moins des Hinda.Pour Deby,peut-être profane en Droit,qu’il sache que la propriété suppose l’usus,le fructus et le l’abusus.Mais ils sont très loin de remplir ces critères supra cités.Monsieur le Président,souvenez-vous que vous êtes en train de retarder d’un demi siècle non pas seulement nous pauvres jeunes,les propriétaires du Tchad de demain mais également vos enfants qui même à première vue auraient de lendemain hypothétique,sans issue.Vos seize mesures,où est ce que les avez-vous prises?Ou bien ce serait dans.votre salon somptueux après avoir bu du wyski à longueur de journée.C’est à outrance cette fois-ci vos bavures démesurées,vos forfaits,votre manque d’humanisme,votre haine vis-à-vis des Tchadiens tant meurtris,ténaillés par les atrocités qui ne cessent de s’attendrir sur leur sort.La rudesse de la vie provoquée par votre système nous asservit.Vous avez semé de la pagaille,des maux les plus atroces du siècle;maintenant donc,recoltez ce que vous avez semé.Assumez donc vos bassesses.Vous incarnez le mal,l’enfer.Monsieur le Président,pourquoi opprimer tant un peuple qui a pourtant soif de la justice,de la liberté.Vous nous spoliez tout de nos droits,nous les Tchadiens deviennent ainsi haineux.
    Vos seize(16)mesures austères sont des mesures satanesques,des mesures prises à la sauvette comme un boulet de canon d’un tirailleur sénégalais.Des mesures insensées ne respectant pas les Lois de finance de l’année et autres dispositions légales en vigueur.
    La solution salutaire à cette crise n’est pas la tenue des meetings populaires mais plutôt la révolution populaire,pour enfin sortir du joug de la dictature enracinée depuis 26ans,matérialisée par de pouvoirs sans partage.Il est l’heure et tous désordres doivent s’arrêter!C’est le moment des actions de grande envergure.Ensemble mourons pour le salut, »ta liberté dépendra de ton courage ».Lève toi Tchadien et dis non à toutes formes d’oppression.Grand est notre regret de constater que la Communauté Internationale brille dans son silence de mort.Pourquoi vouloir toujours engouffrer,hiberner l’Afrique.Non,il n’est pas normal.Cessez!Le pouvoir c’est le peuple qui donne,il peut donc l’arracher de la main de qui il a donné.Et même d’après la formule célèbre de Abraham Lincoln  »La démocratie est le pouvoir du peuple par le peuple et pour le peuple ».Il est donc impératif de partager le pouvoir à tous les Tchadiens.

  3. .Denis Waché

    Le pays va mal, très mal et faut se le dire. Il y’a des individus, en dehors du Chef de l’Etat, l’unique personnalité ayant certains pouvoirs légitimes à travers la constitution, se lève un matin, devant le peuple et dire n’importe quoi. On dirait que c’est tout le monde qui est président dans ce pays. La confusion avec des postes ministériels, SG des partis politiques amènent certaines personnes à croire qu’il n’y a qu’elles, personnes d’autres. C’est bien dommage pour eux. Si j’étais eu, je conseillerai le président de convoquer toutes les parties autour d’une table, regarder les vérités en face sans pouvoir utiliser ce même pouvoir comme arme de défense. Les policiers inondent les ronds points, les lieux publics etc. C’est pour jusqu’à quand? Tous les enseignants du supérieur, du secondaire et de l’éducation de base qui n’ont pas mis pieds dans leur lieu respectif de travail, on va leur faire quoi? Allez les mettre en prison et libérer les grands voleurs de ce pays ? Dans cette situation, qui est la vraie victime? L’entourage du président Déby se moque de lui et le pousse à faire ce qu’il ne devrait pas. Un pays en crise, son président effectue en moins d’un moins mois plus de 10 voyages internationaux. Si la guerre éclate au nigeria, au mali, en RCA et autres, que fait le Président? N’est ce pas intervenir? Pourquoi demander à ces mêmes pays de le secourir si nous n’avions pas d’argent? Je suis vraiment désolé pour tous ces qui entourent le Président durant ces 26 ans de règne, je vous remercie

  4. BELL TJADE SILAS CELESTIN

    Petit pays enclave ; prenez votre courage et chasser ce faucon comme on a fait à Blaise c’est tout.

  5. Virgile berdi

    Merci mes freres, vous m’avez arraché tous mes mots. C’est une catastrophe organisée jamais vecue chez nous. Les pleurs des petits enfants affamés, des jeunes sans espoir, des malades dépourvus de médicaments dans nos hopitaux et de nos cadets sans education vous feront payer amerement toi Deby, ta descendance et tes complices. K Dieu benisse mon pays.

  6. cheaka Manikasset

    Ce sérieux les amis nous déjà abandonné a nous même.remettons a Dieu sinon ces mafia ne nous écoutent plus.seule la justice de triomphera.

  7. ABAKAR BABANI

    Bonjour!

    Je voudrai réagir par rapport au refus des certains élus du peuple qui ont refusé délibérément de se présenter à ‘Assemblée Nationale pour dialoguer avec le Gouvernement.

    A mon avis, c’est une insulte au peuple qui leur a confié sa parole.
    La motion de censure n’est autre chose qu’une simple interpellation du Gouvernement à justifier sa gestion devant les représentants du peuple tchadien. Et un député (quelque soit son appartenance politique) est, à cette stade, un représentation de tout le peuple tchadien, dont il doit aider à la recherche des solutions aux difficultés que connaissent en ce moment les tchadiens.

    Imaginons que le Gouvernement initie un projet de loi, soumis à l’approbation des députés et que ceux de l’opposition reste à la maison! Finalement on parlera de quelle Assemblée Nationale?

    Merci!

  8. Nendobe ndouwe

    Le pays est mort. La famille Itno et le gouvernment l’on enterré. Je ne suis pas la seule personne dans ce pays a prendre 16 mésures sans demander à un ami de conseils. C’est le cas de déby et sont gouvernement. Je suis vraiment contre ces mésures qui, d’autres comme la chauve-souris chantent son éloge.

  1. Un jeudi sous haute tension au Tchad: l’examen de la motion de censure contre le gouvernement et l’appel de l’opposition à un meeting à N’Djaména: Actualité Tchadienne – tchadpages – ACTUALITE TCHAD

    […] Continuer à lire » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>