«

»

Oct 11

Lutte contre la torture et les détentions arbitraires au Tchad: Mayadine Babouri, Dinamou Daram, Hissein Sougui Chidimi, Abakar Mahamat, … seraient torturés

2 047 vues

lutte-contre-la-torture-et-les-detentions-arbitraires-au-tchadL’avocat d’un journaliste et chanteur tchadien s’inquiète de tortures subies par son client. Selon l’avocat, Mayadine Mahamat Babouri a été interpellé le 30 septembre, en pleine rue, à Ndjamena, « par des hommes enturbannés ». Amené de force dans un lieu inconnu, il semble y avoir été torturé. On lui reprocherait d’avoir posté une vidéo sur les réseaux sociaux critiquant le couple présidentiel. Une accusation qui aurait varié, selon maître Olivier Gouara.

Vendredi dernier, le chef du Parti socialiste sans frontière (PSF), parti d’opposition, Dinamou Daram a été interpellé et gardé à la police. Le chef du Parti socialiste sans frontière (PSF) est membre d’une coalition de l’opposition qui conteste la réélection d’Idriss Déby après la présidentielle d’avril dernier. Dinamou Daram a été interpelé après la diffusion d’un communiqué dans lequel le FONAC appelle les Tchadiens à cesser de payer les impôts et taxes, le pays ayant été entraîné dans une banqueroute par la mauvaise gestion d’un régime qui n’a pas su gérer les ressources.

Lors d’une visite d’une délégation du FONAC à Dinamou Daram à la police judiciaire, ce dernier a raconté qu’il a été enlevé en plein jour par des individus armés habillés en civil, maltraité et torturé avant d’être jeté à la police judiciaire tel un malfrat.

Récemment, la Convention Tchadienne de Défense des Droits de l’homme (CTDDH) a dénoncé l’arrestation du jeune Hissein Sougui Chidimi à Faya-Largeau et la détention depuis plus de deux mois à la maison d’arrêt de N’Djaména sans aucun jugement, ni savoir qui est le plaignant et pourquoi il est en prison. Ce jeune ingénieur en informatique critique vertement les dérives du régime et les bassesses de ses co-régionnaires du Borkou. Selon ses proches, il a subi des actes de torture et d’humiliation.

Le secrétaire général de l’Union des Étudiants du Tchad (UNET), section de N’Djamena, vient de demander la libération des étudiants « arrêtés injustement et déférés à la maison d’arrêt après les troubles survenus à N’Djaména et dans le reste du pays suite à la suppression des bourses par le gouvernement pour juguler la crise financière ».

Selon une information donnée hier par la radio Fm liberté, Abakar Mahamat, un citoyen tchadien la cinquantaine révolue,  a trouvé la mort de suite de tortures dans les geôles du commissariat central de N’Djamena. Il aurait passé 27 jours en prison sans être transféré à la maison d’arrêt. Son frère témoignant sur FM liberté affirme qu’il serait arrêté pour une affaire de vente de voiture dont le montant n’a pas été totalement versé. Il a été évacué à l’hôpital, mais c’est fût trop tard, il a rendu l’âme.

TchadConvergence

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>