Accueil > À la Une > Les caisses de l’État pillés, plus d’administration, plus d’école, désormais plus de service minimum dans les hôpitaux, … au Tchad
1 332 vues

Les caisses de l’État pillés, plus d’administration, plus d’école, désormais plus de service minimum dans les hôpitaux, … au Tchad

La plate-forme revendicative décide, à l’issue d’une assemblée générale, ce mercredi 7 février 2018, de la levée du service minimum dans les hôpitaux, les centres et les districts des santés sur l’ensemble du pays. En plus, elle annonce par ailleurs, l’arrêt des abattages des animaux, dès ce vendredi 9 février 2018 dans les différents aires des abattages de N’Djaména et même celui de l’Abattoir de Farcha.

Au Tchad, l’administration publique, les écoles, les hôpitaux et la justice sont paralysés depuis fin janvier par des grèves déclenchées par des syndicats contre la politique d’austérité imposée par le gouvernement.

«Après avoir évalué la grève, l’assemblée, qui s’est tenu ce mercredi 7 février 2018, a décidé de suspendre le service minimum dans les hôpitaux et districts sanitaires sur toute l’étendue du territoire national», indique le communiqué de la Plateforme syndicale.

Les syndicats tiennent pour responsable le gouvernement de tout ce qui adviendra, précise le même communiqué.

Par ailleurs, la plateforme appelle la population à la compréhension. «Les agents désignés pour assurer le service minimum sont dans l’incapacité d’assumer correctement cette responsabilité faute de moyens de transport et de subsistance», déplore la Plateforme syndicale revendicative.

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *