mercredi 05 octobre 2022Covid-19: 3419 cas, 2544 guéris, 121 décès.
Shadow
               
                   

L’annonce d’intronisation d’un chef de canton sur la Place de l’indépendance provoque des émeutes à Abéché dans l’est du Tchad

L’annonce d’une cérémonie d’intronisation du chef de canton de la Communauté arabe Bani Halba sur la Place de l’indépendance, le 29 janvier 2022 prochain, a provoqué des émeutes à Abéché, chef-lieu de la province du Ouaddaï, dans l’est du Tchad.

Des manifestations ont éclaté ce 24 janvier à Abéché, où la population conteste la cérémonie d’intronisation du chef de canton Bani Halba qui devrait avoir lieu à la fin du mois de janvier sur la place de l’indépendance de la capitale de la province du Ouaddaï.

Un regroupement des différentes tribus et fractions cantonales de la province du Ouaddaï proteste contre cette intronisation de Bachar Younous Ahmat sur la Place de l’indépendance d’Abéché. Pour eux, la Place de l’indépendance n’est pas un lieu dédié à l’installation des chefs traditionnels. « Jamais un chef traditionnel n’a été intronisé dans ce lieu », affirment les protestataires. La majorité des personnes regroupées sont des commerçants. Ainsi, une partie du marché central d’Abéché est fermée.

Dans la ville, les établissements scolaires et les commerces sont restés fermés. Des pneus ont été brûlés tandis que des véhicules ont été caillassés.

Les forces de l’ordre se sont déployées dans différents axes de la ville et ont fait usage de leurs armes pour disperser les manifestants. Au moins une trentaine de blessés ont été admis à l’hôpital provincial d’Abéché, selon une information donnée par Alwihda infos.

Selon le Mouvement Citoyen le Temps (MCT), cette manifestation a été réprimée par les forces de l’ordre. « Elles auraient tiré des balles réelles sur les manifestants », d’après Kemba Didah Alain, le Coordonnateur du MCT. « Le MCT dénonce cette répression aveugle et appelle à la retenue », a-t-il poursuivi. Le Mouvement invite plutôt les autorités de la province à privilégier le dialogue pour une issue pacifique de la crise.

Merci de partager cet article...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.