En Libye, les forces de Tripoli reprennent une importante base stratégique des forces de Haftar

/2 987 vues

Les forces loyales au Gouvernement d’union nationale (GNA) reconnu internationalement, ont annoncé ce mercredi avoir repris aux troupes de Khalifa Haftar la ville stratégique de Gharyan, à 100 km au sud-ouest de Tripoli, où était basé le centre de commandement des forces pro-Haftar.

« Gharyan est sous notre contrôle total », a indiqué à l’AFP Moustafa al-Mejii, porte-parole des forces du GNA, faisant état de plus de 18 prisonniers et de dizaines de morts dans le camp de Haftar.

L’armée libyenne botte les milices de Haftar hors de la ville stratégique de Gharyan. Image satirique de l’artiste Adam Muhammed.

Plus tôt, le porte-parole des forces du maréchal Haftar a accusé des « cellules dormantes » d’avoir facilité l’entrée des troupes du GNA dans une partie de Gharyan, sans reconnaître la perte de la ville.

Il a précisé que les combats se poursuivaient et que la situation était « sous contrôle »

M. Mejii s’est félicité de son côté d’une « victoire importante » sur le plan stratégique et moral, affirmant s’attendre à un « effondrement » des forces de Haftar.

Des images des forces du GNA patrouillant dans Gharyan ainsi que des vidéos de prisonniers présentés comme des combattants pro-Haftar, ont circulé sur les réseaux sociaux. Il y avait parmi les prisonniers des mercenaires tchadiens qui seraient envoyés par le régime d’Idriss Déby, grand allié du Général renégat Khalifa Haftar.

Des témoins ont déclaré à Reuters que les troupes de la GNA avaient saisi la principale salle d’opérations de l’Armée Nationale Libyenne (LNA) de Haftar à Gharyan, ainsi que des véhicules et des engins de la LNA. La ville abrite des hôpitaux de campagne de la LNA et est également l’endroit où les fournitures arrivent de l’est. 

La vidéo ci-dessous montre la salle des opérations de la région occidentale des forces de Haftar, prise par les forces armées libyennes à Gharyan.

Sur leur page Facebook, les forces du GNA ont indiqué avoir bien préparé l’opération pour reprendre la ville « en moins de 24 heures », en s’appuyant sur une « rébellion de l’intérieur de la ville » et des raids aériens. 

« Perdre Gharyan signifie perdre le centre principal des opérations, des mois d’approvisionnement, un hôpital de campagne et des équipements important pour les opérations » des forces pro-Haftar, a indiqué Mohamed Eljarh, analyste libyen sur son compte Twitter.

M. ElJarh a estimé que la reprise de la ville par les pro-Haftar sera « une tâche très difficile »

Après une progression rapide depuis l’est et le sud du pays, le maréchal Haftar s’était emparé rapidement de Gharyan le 2 avril, avant de lancer deux jours plus tard son offensive contre Tripoli où est basé le GNA, reconnu par la communauté internationale. 

Mais ses forces piétinent depuis près de trois mois aux portes de la capitale, barrées par les forces loyales au GNA qui avaient annoncé une contre-offensive.

Des combats se déroulent quotidiennement dans la banlieue sud de la capitale et au sud de la ville, faisant plus de 700 morts et 4.000 blessés ainsi que près de 100.000 déplacés, selon les agences de l’ONU.

Sur le plan diplomatique

Le chef du Conseil présidentiel, Fayez Al-Sarraj, a exhorté mercredi le Comité de haut niveau de l’Union africaine pour la Libye à corriger sa position face à la crise en cours dans le pays, exprimant son étonnement devant le silence de l’Union africaine alors qu’une capitale africaine est attaquée.

Les propos d’Al-Sarraj ont été entendus lors de sa rencontre avec le président du comité et président du Congo à Brazzaville.

TchadConvergence avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.