«

»

Oct 16

Crise sociale au Tchad et le désespoir d’une génération: exode massif des étudiants vers les universités étrangères

4 391 vues

manifestation-des-etudiants-du-12-03-15(N’Djaména, 17 octobre 2016) – Avec la crise que traverse le pays, les étudiants tchadiens ne savent plus à quel saint se vouer pour sortir de l’impasse. Surtout ceux de l’université de N’Djaména qui n’ont pas encore bouclé le premier semestre de l’année 2015 – 2016. Le désespoir d’une génération entière.

Ces jeunes, presque désorientés essaient de prendre en main leurs destins, face à un avenir incertain que leur offre le pays avec cette crise qui peine à s’améliorer. Ils décident de prendre le chemin des pays voisins de la sous-région pour pouvoir continuer leur formation. Un tour au commissariat central et dans les agences de voyages vous permet de faire le constat : ils sont, soit en train de se faire délivrer les documents de voyage (Laissez-passer, passeport), soit en train de payer leurs tickets pour voyager.

«Nous ne savons pas si l’année académique sera sauvée avec tout ce que nous vivons et voyons. Rester les bras croisés n’est pas une solution, c’est pourquoi nous osons partir ailleurs tenter notre chance malgré les faibles ressources de nos parents»,  lance un jeune bachelier en partance pour N’Gaoundéré. Il n’est pas le seul, ils sont nombreux à prendre cette décision.

C’est depuis près d’un an déjà que les facultés de  l’université de N’Djamena sont fermées, rien ne laisse le choix à Odette Milamem, une étudiante en 2e année et tant d’autres, à se lancer dans cette aventure à la recherche de l’eldorado académique avec les maigres ressources de leurs parents. «En plus des grèves qui ont perturbé l’année académique qui n’est pas achevée, le gouvernement vient de nous mettre dos au mur avec ces 16 mesures. Je ne suis pas certaine que les cours reprennent d’ici peu. On a un gouvernement qui ne se soucie  pas de la jeunesse», a lâché la jeune étudiante.

Dans la colère, Bichara Mahamat Hissein renchérit, «on a un gouvernement qui ne se soucie que de son intérêt, aucunement du devenir des Tchadiens, moins encore de celui de la jeunesse. Un gouvernement imprévisible et irresponsable. Comment comprendre qu’il ne paye pas les enseignants et prévoit la suppression de la bourse des étudiants ? En quoi la crise concerne la bourse des étudiants ? Pourtant, ce sont eux-mêmes les vrais responsables. Qu’ils arrêtent de se moquer de nous et qu’ils ramènent la situation à la normale».

Outre ces constats, nombreux sont ceux-là qui ont perdu espoir et  ne savent à quel saint se vouer. L’on a  le droit de s’interroger, que vont-ils devenir ? Un danger pour la société ? Des frustrés ?… Selon un sociologue de la place, le jeune tchadien n’est pas celui-là qui aime s’aventurer ou a voyagé de cette manière. Ne va-t-on pas vers la fuite des cerceaux et futurs cadres du pays ? Nous devons y prêter attention.

TchadConvergence avec Tchadinfos

(4 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Alladoum abdias

    Quelle honte pour ma patrie!!Mon saigne!!!Je suis prêt à me laisser prendre comme un esclave,si mon maitre jure de m’accorder la chance de poursuivre mes etudes à l’exterieur du TCHAD. vue l’abjecte que vit ma famille je ne peux rien,car je n’ai les yeux pour pleurer et je suis abandonné à la merci de la nature. suis un etudiant en 1ere anné,mon avenir est incertain du fait que mon pays ne me donne aucun espoir!

  2. Ferdinand nangtoingar

    Slt, les tchad est une pays qi a une bonne surnom et ya plai des matier premier, mais aujord’hui le tchad n’est pas l’honneur.
    Et meme aujord’hui l’ecole est devenu pr les connaisance ou des famille.

  3. cheaka Manikasset

    D’abord courage a tous les étudiants. Nous sommes en ce moment abandonné a nous même,cela m’amène à poser une question a quand notre liberté ? Ce pays est-il vrais un pays de droit ? Le peuple du Tchad n’est-il pas devenu orphelin depuis le10 avril dernier ? Chers étudiants,vivement remettons nous à Dieu.

  4. AMADOU BLAOGA DJAKDJING

    Salut mes chers frères et sœurs tchadiennes, ayons plein de courage, car tout problème a des solutions, tout va passer et ns allons bien tenir le Tchad de demain.Je ss étudiants au pays voisins c a d le Cameroun à yaounde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>