«

»

Déc 07

Au Tchad, forte mobilisation à la veille du procès de l’opposant Dinamou Daram détenu en prison pour « avoir eu l’intention de publier un communiqué »

963 vues

N’Djaména, 7 décembre 2016) – Les 12 membres de l’opposition tchadienne qui étaient traduits en justice pour leur participation, le 17 novembre dernier, à un meeting interdit, ont été relaxés, peu après l’ouverture de leur procès, mercredi à N’Djamena.

C’est d’abord le substitut du procureur de la République qui sans entrer dans une longue plaidoirie a requis la relaxe des prévenus pour infraction non constituée. Cette décision a ensuite été confirmée par le président du tribunal, ont confié à APA les avocats des mis en cause.

Parmi les 12 membres de l’opposition attraits en justice, il y avait deux chefs des partis politiques, Mahamat Barh Béchir Kindji, président du Rassemblement patriotique pour le Renouveau (RPR), et le président de l’AFP, Gapili Gondebné, ainsi que le jeune activiste, Mahamat Kally, qui est très critique à l’endroit du pouvoir.

Ils avaient été arrêtés lors du meeting interdit par les autorités et que les opposants avaient tenu coûte que coûte à organiser. Empêchés dans un premier temps de se regrouper dans un stade, ils s’étaient repliés au siège de l’Union nationale pour la démocratie et le renouveau (UNDR), parti du chef de file de l’opposition, Saleh Kebzabo, pour s’y réunir, mais la police les a dispersés à coup de grenades lacrymogènes avant de procéder à des arrestations.

Le procès d’un autre opposant, en l’occurrence Dinamou Daram, accusé d’ « incitation à la révolte » s’ouvre demain jeudi à N’Djamena.
c’est depuis le 6 octobre 2016 que Dinamou Daram, président du Parti Socialiste Sans Frontière (PSF) et membre de l’opposition FONAC croupit en prison. Il aurait déposé, à FM Liberté, un communiqué signé et non un trac que cette radio a d’ailleurs refusé de diffuser, mais le communiqué s’est retrouvé entre les mains de l’ANS, police politique du régime, qui a immédiatement déclenché une chasse à l’homme. Le Procureur a ordonné une enquête pour «incitation à la violence» qui a été requalifiée en «incitation à la révolte». C’est ainsi qu’après sa détention au commissariat, il a été placé sous mandat de dépôt et emprisonné à la sinistre prison d’Am-Sinéné. «Daram a été placé sous mandat de dépôt et emprisonné à Am- Sinéné, comme un vulgaire voyou», avait expliqué le chef de file de l’opposition Saleh Kebzabo lors de la conférence de presse du FONAC la semaine dernière. « Il a été arrêté par la police politique de  Déby, l’ANS. Au cours de cette arrestation, il a été frappé, torturé et jeté dans un commissariat de la place », avait déclaré Satadjim Succès Noel, sécretaire du parti PLD.

TchadConvergence avec APA

 

1 ping

  1. Au Tchad, forte mobilisation à la veille du procès de l’opposant Dinamou Daram détenu en prison pour « avoir eu l’intention de publier un communiqué »: Actualité Tchadienne – tchadpages – ACTUALITE TCHAD

    […] Continuer à lire » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>