Accueil > À la Une > Tchad: Le Président Idriss Déby repousse jusqu’à décembre le remboursement des coupes opérées sur les salaires des fonctionnaires
4 967 vues

Tchad: Le Président Idriss Déby repousse jusqu’à décembre le remboursement des coupes opérées sur les salaires des fonctionnaires

Le Président Idriss Déby a rencontré les différents responsables syndicaux, ce vendredi 18 mai au Palais présidentiel, 13 jours après une première rencontre. L’audience a durée près de deux heures.

Le Président Idriss Déby et les syndicats des travailleurs ont convenu de se retrouver dans une semaine afin d’examiner la proposition qu’il leur a faite de surseoir jusqu’au mois de décembre le remboursement des coupes opérées sur les salaires des fonctionnaires.

Conformément à un accord signé en mars dernier, le gouvernement devrait rembourser à la fin de ce mois de mai les coupures faites sur les salaires, mais en rencontrant vendredi au Palais rose les présidents et secrétaires généraux des centrales syndicales, Idriss Déby leur a signifié l’impossibilité dans laquelle se trouve l’État pour honorer cet engagement.

Partant de là, le despote tchadien a proposé le maintien de l’abattement des salaires jusqu’au mois de décembre prochain, au motif qu’il n’y a pas encore d’embellie pour les finances de l’État.

« Le président de la République nous a proposé un moratoire jusqu’à la fin de l’année. Nous lui avions dit que c’est un peu difficile. En tant responsables syndicaux, on ne peut pas répondre du coup oui, mais nous devrions rencontrer nos bases avant de donner une réponse », a déclaré le secrétaire général de la Confédération libre des travailleurs tchadiens (CLTT).

Selon Brahim Ben Séïd, le Président Déby a pris bonne note de la réponse des syndicalistes et leur a donné rendez-vous dans une semaine, le temps qu’ils se concertent avec leurs bases.

Le président Déby a fait une autre proposition aux syndicats : augmenter l’heure du travail qui par semaine passerait de 37 heures à 40 heures.

Tous les techniciens censés être sur le terrain, notamment ceux de l’élevage et de l’agriculture, sont dans des bureaux climatisés à N’Djaména, a en outre déploré Idriss Déby, regrettant que seuls 5% des fonctionnaires tchadiens travaillent normalement.

 « Le chef de l’État nous a fait savoir que tous les techniciens sont à N’Djamena. Comment peut-on développer le monde rural si tout le monde est à N’Djamena ? Il a dit vrai. On va repartir à nos bases et faire des études », a ajouté Brahim Seid.

Idriss Déby a accordé une semaine aux responsables syndicaux afin qu’ils donnent leur réponse sur les différents points de discussion, dont le moratoire et l’augmentation des heures de travail.

Les prochaines négociations auront lieu vendredi prochain au Palais rose.

TchadConvergence avec APA

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.