Accueil > À la Une > Tchad: le porte-parole du mouvement « Iyina » arrêté par la police pour « avoir voulu brûler des pneus sur la voie publique »
1 969 vues

Tchad: le porte-parole du mouvement « Iyina » arrêté par la police pour « avoir voulu brûler des pneus sur la voie publique »

Un militant et porte-parole du mouvement citoyen tchadien « Iyina », qui appelle à manifester depuis fin janvier contre la mal-gouvernance, a été arrêté lundi à N’Djamena alors qu’il s’apprêtait à brûler un tas de pneus, a-t-on appris de source policière. Alain Kemba Didah « avait une bouteille d’essence à la main, il s’apprêtait à brûler un tas de pneus. Au moment de passer à l’acte, un commandant de police qui passait l’a surpris », lundi aux alentours de cinq heures du matin, a déclaré le porte-parole de la police, Paul Manga.

« Il a voulu fuir à bord d’un moto-taxi, mais (le chauffeur et lui) ont été arrêtés », a continué Paul Manga, indiquant que les deux hommes sont détenus au commissariat central. Alain Kemba Didah est un porte-parole du mouvement citoyen « Iyina », « on est fatigués » en arabe tchadien. Il fait partie des porte-voix des organisations de la société civile qui appellent à manifester depuis fin janvier au Tchad, contre l’austérité et la mal-gouvernance.

« Les raisons évoquées par les forces de sécurité pour justifier son arrestation sont tout simplement insuffisantes. Alain Didah doit être libéré immédiatement ou inculpé pour des charges reconnues par le droit international », a réagi Balkissa Idé Siddo, chercheuse Afrique centrale à l’ONG Amnesty International. « Au Tchad, les activistes et défenseurs des droits humains font face à une répression croissante depuis 2015. Les autorités doivent mettre fin aux arrestations arbitraires, au harcèlement et aux menaces », a continué Mme Idé Siddo.

En avril 2017, deux membres d’Iyina aujourd’hui en exil avaient été arrêtés, torturés et détenus au secret sans charge puis inculpés de « trouble à l’ordre public et incitation à la révolte ». Ils avaient invité la population à exprimer son mécontentement face à la situation politique et économique lors d’une « journée Iyina » le 10 avril, un an après la présidentielle ayant abouti à la réélection du président Déby.

TchadConvergence avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.