Tchad/Israël: pourquoi Netanyahu courtise-t-il Idriss Déby, au bilan démocratique épouvantable ?

/1 993 vues

Bien des Israéliens auraient probablement des difficultés à localiser le Tchad sur une carte ou à prononcer le nom de sa capitale, N’Djamena.

On peut également supposer que la plupart d’entre eux n’ont jamais mis les pieds et ne le feront jamais dans ce pays d’Afrique centrale septentrionale, le 20e plus grand pays du monde, qui entretenait des relations chaleureuses avec Jérusalem à la fin des années 1950 et tout au long des années 1960, dont des visites mutuelles de hauts responsables et des ventes d’armes, avant la rupture des liens en 1972.

Mais cela n’a pas empêché le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’annoncer une « percée historique et importante » alors qu’il se rendait au cœur de l’Afrique pour y rétablir des relations diplomatiques.

Dans le contexte régional, le Tchad est en effet un pays important. Frontalier de la Libye, du Soudan, du Nigeria et du Cameroun, le régime du président Idriss Déby est considéré comme un partenaire important dans la lutte du continent contre l’islamisme radical, aidant à lutter contre Al-Qaïda, l’État islamique et d’autres groupes terroristes.

Netanyahu a depuis longtemps désigné l’Afrique comme une cible de choix pour la diplomatie israélienne. Il s’est rendu sur le continent à quatre reprises au cours des deux dernières années et demie et a rencontré de nombreux dirigeants africains, y compris secrètement avec certains pays qui n’ont pas de relations officielles avec Israël.

Aucun des pays africains que Netanyahu a approchés n’est un modèle de démocratie. Mais rares sont ceux qui ont un bilan aussi mauvais que le Tchad, qui est l’un des pays les plus pauvres, les moins libres et les moins alphabétisés de la planète.

En 2017, la République du Tchad avait un PIB de 29 milliards de dollars, contre 317 milliards de dollars pour Israël.

Freedom House, l’ONG qui étudie l’étendue de la démocratie dans le monde, a estimé que le pays n’était pas libre. « Les élections législatives sont régulièrement retardées et les militants de l’opposition risquent d’être arrêtés et maltraités pendant leur détention. L’État réprime généralement les manifestations antigouvernementales », a écrit l’organisation dans son dernier rapport.

La liberté de la presse est également menacée au Tchad. « Ces derniers temps, des journalistes ont fait l’objet de menaces et de violences de la part des forces de sécurité alors qu’ils couvraient les manifestations de rue contre les mesures d’austérité du gouvernement », selon le dernier World Press Freedom Index de Reporters sans frontières.

Seulement 22 % des Tchadiens savent lire et écrire. Le pays a le sixième taux de mortalité infantile le plus élevé au monde.

Bref, le Tchad semble totalement en décalage avec les idéaux israéliens.

Néanmoins, Netanyahu a décidé cette semaine de faire l’effort de parcourir des milliers de kilomètres jusqu’à N’Djamena pour célébrer la reprise des relations diplomatiques et faire l’éloge de Déby – qui dirige le pays depuis presque 30 ans.

« Le Tchad est un pays très important, et un pays très important pour Israël », a déclaré M. Netanyahu lors de la conférence de presse organisée de façon chaotique au cours de laquelle le renouvellement des liens a été annoncé.

S’exprimant au palais présidentiel du pays – un bâtiment opulent dans une partie par ailleurs désolée de la capitale – Netanyahu a salué le partenariat naissant, qui tentera de « forger un avenir prospère et sûr pour nos pays et dans un sens plus large pour l’Afrique et au-delà ».

S’adressant directement à Déby, il a poursuivi : « Vous avez une vision, de la façon d’accroître les opportunités pour votre peuple, pour votre pays et pour votre région, et je suis votre partenaire dans ce domaine », a-t-il déclaré.

Pourquoi Netanyahu est-il allé si loin pour aduler le dirigeant d’un pays qui, en apparence, a très peu à offrir à Israël ?

Lorsqu’Israël a renoué ses relations diplomatiques avec la Guinée, un pays musulman d’Afrique de l’Ouest, en juillet 2016, Netanyahu ne s’est pas rendu dans sa capitale pour y tenir une cérémonie officielle. Il ne s’est pas non plus rendu au Nicaragua lorsque Jérusalem a repris les relations officielles avec ce pays d’Amérique centrale en mars 2017.

Plusieurs raisons peuvent expliquer pourquoi le Tchad mérite une visite du Premier Ministre.

Les cyniques noteront que c’est la saison des élections, en supposant que lorsque Netanyahu a annoncé son intention d’aller à N’Djamena fin novembre, il savait que la Knesset ne tiendrait plus longtemps. L’amélioration de la position internationale d’Israël est l’un des messages clés de sa campagne, et quoi de mieux que le rétablissement des liens avec les pays étrangers pour souligner ce point ?

Une explication plus charitable serait un désir israélien d’accroître les échanges commerciaux avec le Tchad, en mettant l’accent sur les accords de défense.

« Il y a beaucoup de choses que nous pouvons faire ensemble et nous avons discuté de la manière d’approfondir notre coopération dans tous les domaines, à commencer par la sécurité, mais aussi l’agriculture, l’alimentation, l’eau, l’énergie, la santé et bien d’autres encore », a déclaré Netanyahu dimanche.

Un autre facteur clé évident du rapprochement de Netanyahu avec le Tchad est le fait qu’il est considéré comme un pays islamique (bien que seulement 52 % de la population soit musulmane).

« Il est significatif pour nous que le Tchad soit un pays à majorité musulmane qui recherche l’amitié d’Israël », a dit M. Netanyahu. « Ces pays sont nombreux, mais en Afrique, c’est particulièrement important. Et nous recherchons l’amitié d’autres pays d’Afrique et je suis heureux de voir… que d’autres suivent vos traces ».

« Israël fait des percées dans le monde islamique », a proclamé le Premier ministre.

Moins de 24 heures après le retour de Netanyahu de sa visite au Tchad, les responsables israéliens ont déclaré aux journalistes que le Mali, à 95 % musulman, est le prochain pays africain en voie de rapprochement avec l’Etat juif.

Mais la raison la plus importante des efforts de Netanyahu pour rétablir les liens avec le Tchad pourrait bien être la situation géographique stratégique du pays et les opportunités qu’elle offre à l’aviation israélienne. Ayant obtenu des droits de survol du Tchad, Netanyahu est sur le point de pouvoir raccourcir de plusieurs heures les vols des avions israéliens à destination de l’Afrique occidentale et de l’Amérique latine.

Il ne reste plus qu’à convaincre le Soudan d’autoriser les avions israéliens à survoler la pointe nord-est du pays. Le fait que le Soudan ait donné le feu vert au Boeing 767 de Netanyahu pour survoler le Sud-Soudan, dont il contrôle l’espace aérien, indique qu’une telle percée pourrait être imminente.

« Nous ouvrons de nouvelles possibilités de survol de pays dans des domaines clés. Les routes aériennes sont raccourcies et les coûts de vol sont réduits », a déclaré M. Netanyahu lundi lors de l’inauguration de l’aéroport Ramon près d’Eilat.

Avant Kadhafi, une couronne tchadienne sur la tombe de Herzl

Avant que le Tchad ne rompe ses relations diplomatiques avec Israël le 28 novembre 1972, les relations bilatérales étaient en fait très chaleureuses.

Jérusalem a reconnu la République du Tchad le 10 août 1960, le jour même de son indépendance de la France.

Cinq ans plus tard, le président de l’époque, François Tombalbaye, un catholique, passa plusieurs jours en Israël, rencontrant de hauts responsables et déposant même une couronne sur la tombe du visionnaire sioniste Theodor Herzl.

A l’époque, le Tchad bravait encore les pressions arabes pour rompre les liens avec l’Etat juif.

« Le Tchad ne se laissera pas entraîner dans le conflit israélo-arabe », déclara Tombalbaye lors de sa visite à Jérusalem en 1965. « Nous nous opposerons fermement à toute tentative visant à nous entraîner dans le conflit ou à faire de nous l’instrument de tout pays intéressé par l’exploitation de ce conflit dans son propre intérêt ».

Mais seulement sept ans plus tard, Tombalbaye a cédé à la pression, qui est venue principalement, mais pas seulement, de l’homme fort libyen Mouammar Kadhafi. (Six mois plus tôt, l’Ouganda avait également mis fin brutalement à ses relations amicales jusque-là avec Israël).

Tombalbaye a fermé la petite mission israélienne au Tchad en raison d’une « offre de 92 millions de dollars de prêts libyens… et de promesses d’aide du roi Faiçal d’Arabie saoudite, selon le New York Times ». En plus de l’argent, la Libye a récompensé le Tchad en coupant l’approvisionnement en armes des insurgés antigouvernementaux.

Citant des « sources israéliennes fiables », la Jewish Telegraphic Agency rapportait à l’époque que Tombalbaye avait demandé 7 millions de dollars à Israël « pour le dépanner ; mais Israël ne pouvait rivaliser avec la richesse libyenne et saoudienne ».

Jérusalem pensait alors que les dirigeants d’Afrique noire se méfieraient rapidement de Kadhafi, espérant pouvoir bientôt rétablir les liens qu’il avait rompus, selon l’article.

Dans le cas du Tchad, cela a pris 47 ans.

Lire l’article sur The Times Of Israël

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.