Tchad: après l’est et le nord, le Président Idriss Déby va-t-il aussi décréter l’état d’urgence dans le sud du pays ?

/2 481 vues

11 morts dans une nouvelle confrontation entre agriculteurs et éleveurs dans le Moyen-Chari, au sud du Tchad.

Les affrontements ont eu lieu lundi à Sandana dans le canton de Koumogo de la province du Moyen Chari.

Le bilan est de 11 morts, dont 7 agriculteurs, un pasteur, et 3 éleveurs. Ce bilan et les circonstances de l’affrontement ont été confirmés à l’AFP par un chef traditionnel local qui a requis l’anonymat. Selon lui, un éleveur a été tué après la destruction du champ par les animaux et les nomades ont attaqué en représailles avec des armes à feu, tuant huit personnes dans le camp rival.

Plus d’une centaine de bœufs, 4 motos et une somme de 3 500 000 FCFA ont également été emportés, selon une source officielle qui a été dépêchée sur les lieux.

Les affrontements se sont déclenchés suite à une dispute entre un éleveur et un agriculteur. Les animaux d’un éleveur ont dévasté un champ, ce qui a déclenché les hostilités lundi, a précisé le gouverneur du Moyen-Chari, le Général Abadi Sahir Fadoul, dans un entretien téléphonique avec l’AFP. Ces affrontements intercommunautaires avaient conduit le Président Idriss Déby à décréter l’état d’urgence le 18 août dans les provinces du Ouaddaï et du Sila à l’est et du Tibesti au nord du pays.

Les autorités sont intervenues, réunissant éleveurs et agriculteurs pour une tentative de réconciliation.

Le gouverneur de la région du Moyen Chari, le Général Abadi Sahir Fadoul a instruit les responsables de sécurité de récupérer les armes détenues par les communautés.

TchadConvergence avec AFP et BBC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.