mercredi 30 septembre 2020Covid-19 : 1185 cas, 1006 guéris, 85 décès.
Shadow
               
                   

Au bagne de Koro-Toro, la justice aux ordres surprise par la détermination des rebelles à vouloir un changement au Tchad

Au Tchad, le verdict de la session criminelle, qui a condamné la colonne rebelle de l’Union des forces de la Résistance (UFR) stoppée par l’intervention de l’aviation française, ne cesse de faire débat. Plus de 240 hommes ont été condamnés à des peines de prison allant de perpétuité à dix ans et certains mineurs ont été relaxés.

Les peines s’échelonnent de perpétuité, vingt ans et dix ans pour acte de terrorisme, complicité d’acte de terrorisme et enrôlement de mineurs. Vingt-quatre mineurs ont aussi été relaxés.

Le verdict, qui a été rendu le 26 août, est jugé trop lourd par les avocats de la défense. Mais le procureur général de la cour d’appel de Ndjamena, Moukhtar Abdelhakim Doutoum, qui avait fait le déplacement à Koro Toro pour le verdict, estime que justice a été rendue.

« Ils ont quitté un pays étranger, lourdement armés, pour venir faire quoi ? Mener la guerre. Ils étaient clairs dans leur déclaration : pour chasser le président – légitime – du pouvoir. Vous savez, la conséquence de la guerre c’est de détruire le pays... Et tout cela, c’est l’esprit d’un terroriste. Donc, raison pour laquelle nous avons retenu cette loi 0-34. Et la loi a prévu jusqu’à la peine de mort.

Nous n’avons pas requis la peine de mort. Nous avons la possibilité de le faire. Mais compte tenu de la situation particulière, nous avons requis la peine maximum – perpétuité – pour les leaders qui sont à l’étranger, vingt ans et dix ans.

Nous estimons qu’il faut leur accorder une chance, malgré que l’acte commis par ces personnes est un acte très grave. Donc je crois que la justice a fait son travail, conformément aux textes.

Je trouve que c’est très raisonnable ».

Mais d’après la journaliste Aurélie Bazzara, ce qui a le plus surpris à la Cour d’appel, c’est la détermination de la majorité de rebelles qui ont témoigné. « Selon une source judiciaire, beaucoup ont dit ne pas regretter et vouloir un changement au Tchad », a rapporté la correspondante de la chaîne française TV5Monde.

Les rebelles de l’UFR comparaissaient devant la Cour criminelle spéciale qui a siégé au bagne de Koro-Toro installé en plein désert au nord du pays.

TchadConvergence avec RFI

Merci de partager cet article...
  • 114
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.