«

»

Avr 03

Tchad: à N’Djaména, l’insécurité et la violence ont atteint officiellement leur paroxysme

1 666 vues

(N’Djaména, 3 avril 2017) – Le scénario de la tuerie à Farcha le samedi 1er avril 2017, se précise. Selon une information d’Alwihda, le présumé auteur du tir mortel du commandant de bataillon de la DGSSIE (Directeur général des services de sécurité des institutions de l’État) se nomme Mahamat Naye. Intercepté à Farcha, puis tué sur le champ lors d’une course-poursuite engagée contre lui par deux officiers gradés, en l’occurrence Tahir Youssouf Boy, afin de venger son cousin froidement assassiné.

Le neveu du Président Idriss Déby, Tahir Youssouf Boy a été blessé lors de la course poursuite engagée contre le meurtrier du commandant de bataillon Bichara Teguene Diguim, tué samedi matin, par ailleurs cousin germain du général Bokhit Diguim, neveu aussi du président.

L’on apprend des sources concordantes que l’auteur de la tuerie serait un militaire mécontent d’une affectation dont il fait l’objet. Il appartient au corps militaire de la DGSSIE. D’après des informations recueillies par Tchadinfos, l’homme serait évacué deux fois au Soudan pour des raisons de santé. Il souffrirait de troubles psychologiques. À son retour il aurait appris qu’il est relevé de son commandement et affecté ailleurs. Non content de cette décision il fait irruption chez son chef, c’est à dire le Commandant de bataillon de la DGSSIE au quartier Amsinéné dans le 1er arrondissement. La porte de la concession étant fermée, il escalade le mur. C’est ainsi qu’il trouve son chef seul dans son salon. Sans explications il dégaine un couteau et lui administre un coup mortel. L’irrémédiable étant fait, il s’empare des armes de son chef, dont une arme de guerre et deux armes de poings. En sortant de la maison de sa victime, une femme proche du défunt l’ayant aperçu et remarquer des traces de sang sur son habit, sonne l’alerte.

Arriver chez lui, il intime l’ordre à son épouse de quitter la maison sans donner des explications. La femme s’exécute en amenant avec elle enfants et domestiques. Puis il s’assied sur un banc devant son domicile. Quelques minutes plus tard, la famille de la victime débarque à bord d’un véhicule, armé jusqu’aux dents. S’en suit des tirs nourris, l’assassin touché, rend l’âme.

Dans l’échange des tirs, il blesse deux personnes. L’un a pris une balle dans la tête et meurt plus tard à l’hôpital dans la nuit. L’autre est blessé à l’avant-bras et il est hors de danger selon des sources sécuritaires. Ainsi cette tuerie a causé trois morts et un blessé.

Par ailleurs, on apprend, par Alwihda, que le directeur de la planification et de l’investissement de la Société Tchadienne de l’Eau (STE), Hamit Bahr Haggar, de retour d’une mission de Moussoro dans le cadre de son institution, a été froidement assassiné, dans la nuit de dimanche, chez lui, à Goudje, par 4 personnes non identifiées, d’après une source concordante. Ils lui auraient intimé l’ordre de leur restituer 10 millions de Francs CFA que ce dernier aurait ramené chez lui lors de son retour de la mission qu’il a effectué pour le compte de la Société Tchadienne de l’Eau (SNE). Face au refus de la victime, ses présumés bourreaux l’ont tué par étranglement, avant de disparaître dans la nature, sans qu’ils ne soient ni identifiés ni arrêtés. La victime a été enterrée ce matin au cimetière de Lamadji, situé à quelques kilomètres de la sortie Nord de la capitale Tchadienne. D’après la même source, les présumés bourreaux armés de gourdins et de couteaux ont escaladé le mur de la concession de son frère, avant de s’introduire dans sa chambre pour neutraliser la victime et son épouse, à l’insu de six de ses proches présents dans sa concession.

Et autre fait divers, trois corps en état de putréfaction ont été retrouvés non loin de Gaoui à une vingtaine de kms de N’Djamena. Les corps sont attachés individuellement par menotte et tout porte à croire qu’ils ont été exécutés. Selon la police, chacun aurait reçu une balle dans la tête.

TchadConvergence avec Alwihda et Tchadinfos

1 ping

  1. Tchad: à N’Djaména, l’insécurité et la violence ont atteint officiellement leur paroxysme: Actualité Tchadienne – tchadpages – ACTUALITE TCHAD

    […] Continuer à lire » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>