samedi, mai 25Covid-19: 3419 cas, 2544 guéris, 121 décès.
Shadow

Étiquette : SYNECS

Tchad: les enseignants de l’université de N’Djaména en grève pour deux semaines

Tchad: les enseignants de l’université de N’Djaména en grève pour deux semaines

Éducation et Santé
(N'Djaména, 6 septembre 2017) - Après l'échec des négociations avec le gouvernement, le Syndicat National des Enseignants et Chercheurs du Supérieur (Synecs), section de l’université de N’Djamena, entre en grève pour deux semaines à compter du 04 septembre 2017. Dans son communiqué de presse N° 005 du 04 septembre 2017, le Synecs, section de N’Djamena, appelle ses militants à la cessation de toute activité académique et de recherche tout en restant ouvert au dialogue. C’est depuis le mois de juillet que le Synecs négocie avec le gouvernement pour sauver l’année académique 2015-2016 qui peine à s’achever. L’enseignement  supérieur au Tchad est plongé dans une crise profonde suite aux revendications relatives à l’amélioration des conditions d’études pour les étudiants et de conditio...
Grève des enseignants chercheurs au Tchad: les cours à l’arrêt dans les institutions supérieures d’enseignement de la capitale

Grève des enseignants chercheurs au Tchad: les cours à l’arrêt dans les institutions supérieures d’enseignement de la capitale

Éducation et Santé
Le SYNECS (Syndicat National des Enseignants Chercheurs du Supérieur), section de l’université de N’Djamena observe une grève sèche et illimitée depuis le lundi 08 mai. C’est pour revendiquer les primes, les indemnités, les heures supplémentaires, les frais du jury, les honoraires de vacations  et les salaires des contractuels. Depuis cette date, les cours sont de nouveau suspendus dans les facultés de N’Djamena. TchadConvergence avec Tchadinfos
Crise sociale au Tchad:  les syndicats accordent un répit d’un mois au gouvernement pour « trouver des réponses adéquates » à leurs revendications

Crise sociale au Tchad: les syndicats accordent un répit d’un mois au gouvernement pour « trouver des réponses adéquates » à leurs revendications

Gouvernance
(N'Djaména, 11 janvier 2017) - La plateforme syndicale formée par l’Union des syndicats du Tchad (UST), le Syndicat des enseignants et chercheurs du supérieur (SYNECS) et la Confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST) a décidé aujourd'hui de suspendre la grève sur toute l'étendue du territoire pour un délai de 30 jours à compter du 12 janvier 2017. La décision a été prise à l'issue d'une rencontre tenue ce matin à N'Djamena avec le comité national de dialogue social. Selon la plateforme syndicale, "cette suspension décidée après consultation de sa base est une période qui doit permettre au gouvernement de tout mettre en œuvre pour trouver des réponses adéquates aux revendications ci-après":
Vers une nouvelle aggravation de la crise sociale au Tchad: la plateforme intersyndicale suspend le service minimum dans les hôpitaux du pays

Vers une nouvelle aggravation de la crise sociale au Tchad: la plateforme intersyndicale suspend le service minimum dans les hôpitaux du pays

Éducation et Santé
(N'Djaména, 5 janvier 2017) - Dans un communiqué de presse la plate-forme revendicative syndicale l’UST, CIST et le SYNECS durcit le ton avec le gouvernement. Elle suspend jusqu’à nouvel le service minimum instauré dans les hôpitaux il y a deux semaines après la grève sèche. La plateforme intersyndiale au Tchad a décidé mercredi de suspendre jusqu'à nouvel ordre le service minimum dans tous les hôpitaux du pays, selon un communiqué publié par les leaders syndicaux. La plateforme formée par l'Union des syndicats du Tchad (UST), le Syndicat des enseignants et chercheurs du supérieur (SYNECS) et la Confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST), exige également l'annulation d'un décret du 31 octobre 2016 portant réduction des indemnités de 50%. Elle demande aussi le retrait d'...
La crise sociale se poursuit au Tchad après le niet des syndicats à la trêve « sans condition et sans préalable » demandée par le gouvernement

La crise sociale se poursuit au Tchad après le niet des syndicats à la trêve « sans condition et sans préalable » demandée par le gouvernement

Gouvernance
Suite à la dernière rencontre avec le gouvernement sous la présidence du Premier ministre, il a été demandé à la plateforme syndicale d'accepter une trêve de 12 mois sans condition et sans préalable pour ouvrir la discussion sur la crise sociale que traverse le pays. Cette demande qui n'est pas la première a suscité une réaction négation des travailleuses et des travailleurs de nos différentes organisations. Lire ci-dessous la suite du communiqué: