«

»

Oct 09

Semaine africaine de la chancelière allemande Angela Merkel: le Président Idriss Déby sera reçu ce mercredi à Berlin

1 033 vues

deby-et-merkelLa chancelière allemande Angela Merkel entame ce dimanche 9 octobre un voyage de trois jours au Mali, au Niger et en Éthiopie avant de recevoir mercredi à Berlin les présidents du Tchad et du Nigeria. Cette semaine africaine est placée sous le signe de la lutte contre l’immigration clandestine.

Le Mali sera la première étape de la visite qu’entame dimanche la chancelière allemande. Angela Merkel ira ensuite au Niger et en Éthiopie, durant cette tournée de trois jours en Afrique, dont le but est notamment d’intensifier la collaboration avec ces pays pour endiguer le flux des migrants, tentant de gagner l’Europe depuis l’Afrique.

La dirigeante se rendra d’abord au Mali et au Niger, deux pays de transit importants pour les candidats à l’asile, puis ira en Éthiopie, où elle se rendra notamment au siège de l’Union africaine, à Addis-Abeba. Ses entretiens avec les présidents malien, Ibrahim Boubacar Keita, et nigérien Issoufou Mahamadou, ainsi qu’avec le chef du gouvernement éthiopien, Hailemariam Dessalegn, auront pour thème principal le « travail en commun autour de la politique migratoire », a annoncé vendredi son porte-parole, Steffen Seibert.

L’ambassadeur d’Allemagne à Niamey a déjà annoncé cette semaine que son pays allait construire une base militaire au Niger en « appui » à la Mission militaire onusienne qui combat les jihadistes au Mali voisin. Dans la foulée de son voyage, Angela Merkel recevra mercredi à Berlin le président tchadien Idriss Déby, puis vendredi celui du Nigeria, Muhammadu Buhari.

En visite vendredi à Berlin, le roi Abdallah II de Jordanie a félicité la chancelière allemande pour son « approche holistique » des défis migratoires. « Il ne s’agit pas seulement de la Syrie et de l’Irak mais aussi de l’Afrique du Nord, de l’Est et de l’Ouest et je veux ici féliciter la chancelière parce qu’il y a très peu de leaders dans le monde qui voient de manière globale les défis auxquels nous sommes confrontés », a-t-il déclaré à la presse.

Ébranlée dernièrement par deux défaites électorales locales dues aux critiques de l’opinion allemande contre sa politique d’accueil des réfugiés, la chancelière a entrepris de durcir un peu plus sa politique d’immigration. Elle table désormais, en particulier, sur un accord avec plusieurs pays africains sur le modèle de celui passé en mars entre l’Union européenne et la Turquie, afin d’endiguer le flux de réfugiés venus cette fois d’Afrique.

Plus de 300.000 d’entre eux ont traversé la Méditerranée depuis le début de l’année pour se rendre en Europe, selon le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR). Une grande partie d’entre eux sont originaires d’Afrique sub-saharienne.

Un accord similaire à celui passé avec Ankara « doit être conclu avant tout avec l’Égypte, mais aussi avec d’autres pays africains », avait dit en septembre, Mme Merkel.

Le bien-être des Africains est « dans l’intérêt des Allemands » et constitue une question « stratégique extrêmement importante », a-t-elle insisté dans un entretien à l’hebdomadaire allemand Die Zeit, cette semaine.

« Les gens sont à notre porte et l’Allemagne doit faire face au problème », a-t-elle ajouté, alors que son pays a accueilli en 2015 quelque 890.000 réfugiés, notamment syriens.

TchadConvergence avec AFP et RFI

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>