«

»

Mar 29

Sassou à Alger: mais que peut le pauvre bantou face à la crise libyenne ?

547 vues

Getty image

Denis Sassou Nguesso, le chef de l’Etat congolais, séjourne du 27 au 30 mars en Algérie, sur invitation de son homologue algérien, Abdelaziz Bouteflika. Selon le communiqué officiel de la présidence congolaise, cette visite d’Etat s’inscrit dans le cadre du renforcement des liens historiques d’amitié et de fraternité entre les deux pays et «permettra aux deux parties de passer en revue leur coopération bilatérale et d’identifier les voies et moyens de la dynamiser et de l’adapter au bénéfice mutuel des deux peuples frères». Mais au-delà des questions bilatérales, le président congolais qui porte aussi la casquette de Président du Haut comité de l’Union africaine (UA) sur la Libye, entend «faire d’une pierre deux coups» en inscrivant au menu des échanges la question libyenne qui préoccupe aussi au plus haut point Alger.

Sassou manque d’ascendant pour donner des leçons aux protagonistes de la crise en Libye
Selon certaines sources officielles, Denis Sassou Nguesso nourrit l’ambition de se positionner comme médiateur de la crise dans un contexte où Alger ne ménage aucun effort pour aider son voisin à se tirer d’affaire. La capitale algérienne a, en effet, déjà reçu Fayez-el-Sarraj, le Premier ministre du gouvernement d’union nationale et le Maréchal Khalifa Haftar qui contrôle l’Est de la Libye. C’est donc tout naturellement que dans l’agenda du tête-à-tête entre les deux chefs d’Etat, figurent les concertations sur « les questions régionales et internationales d’intérêt commun » pour garantir la paix, la sécurité et la stabilité sur le continent. En ce qui concerne précisément cette question libyenne, sans présager des résultats, l’on peut déjà se féliciter qu’enfin l’UA sorte de sa longue léthargie face au chaos qui règne dans ce pays.

L’Afrique, notamment la bande sahélo-saharienne, est la principale victime collatérale de l’intervention occidentale sans service après-vente au pays de Mouammar Kadhafi. Celle-ci a, en effet, ouvert les portes du Sahel à de nombreux groupes armés qui, au nom d’obscures idéologies, déstabilisent les Etats. Face à la pandémie de l’insécurité et au nom de la solidarité africaine, l’organisation continentale se devrait d’être, depuis fort longtemps, aux devants de la scène pour trouver le remède au cancer libyen, mais elle était jusque-là aux abonnés absents. Même si elle arrive sur le tard, elle sauve au moins les apparences. Il faut tout aussi se réjouir de l’implication des pays frontaliers de la Libye dans la recherche des solutions à la crise, notamment l’Algérie, l’Egypte et même la Tunisie. Même si ce n’est pas de l’altruisme parce que subissant de plein fouet les effets de la crise en raison de la dispersion des groupes islamistes au Maghreb, ces pays, en volant au secours du voisin qui sombre, semblent plus désintéressés que le bal des hypocrites occidentaux. Il a, en sus, beaucoup plus d’efficacité en raison du voisinage géographique et historique. Cela dit, l’on peut se demander quelles sont les chances de succès du préposé de l’UA à cette crise libyenne. Sans jouer les Cassandre, il faut, sans langue de bois le dire, elles sont minimes. Et pour causes. D’abord, parce que Denis Sassou Nguesso, comme médiateur, n’a pas le profil de l’emploi. Arrivé par effraction à la tête de l’Etat congolais, sa longue et scabreuse gestion du pouvoir ne l’a pas absout de son péché originel. Il manque donc d’ascendant pour donner des leçons aux protagonistes de la crise en Libye et pour les contraindre à fumer le calumet de la paix.

Le Haut comité de l’Union africaine sur la Libye n’est qu’une coquille vide
Du reste, ses expériences en médiation, ne plaident pas en sa faveur. Il a, en effet, quitté Bujumbura et Bangui sur un constat d’échec et l’évocation de son seul nom comme membre de la mission avortée de l’UA au Gabon, au lendemain de la proclamation des résultats de la présidentielle, avait suffi à créer l’hystérie au sein de l’opposition. Tout ceci fait qu’il ne bénéficie d’aucune considération de la part des Libyens qui préfèrent la direction Alger ou Le Caire et même N’Djamena à celle de Brazzaville. Ensuite, le Haut comité de l’Union africaine sur la Libye que préside le président congolais, ressemble plus à un gadget qu’à tout autre chose. N’ayant pas l’adhésion de tous les Etats, il manque d’assise et de légitimité. Ne disposant clairement ni de feuille de route, ni de moyens pour mener à bien sa mission, il n’agit que par à-coups depuis sa création en novembre 2016 et n’a, par conséquent, aucune visibilité. Ce n’est donc qu’une coquille vide et l’on se demande si l’UA n’a pas taillé cette structure à l’image de celui qui la dirige, juste pour se donner bonne conscience et se laver les mains à la Ponce Pilate face à une crise où l’ONU elle-même s’est enlisée jusqu’au cou. On peut, en effet, se poser la question de savoir ce que peut faire le Haut comité de l’UA sur la Libye que l’ONU n’a pas pu faire. Ce qui est certain, c’est qu’il ne semble bénéficier d’aucune considération de la communauté internationale. Pour preuve, Donald Trump avait décliné la visite de Sassou en sa qualité de président de ce Haut comité. Enfin, les divergences entre les deux puissants et grands voisins de la Libye, en l’occurrence l’Egypte et l’Algérie que Sassou compte utiliser comme levier dans la médiation, sont si grandes qu’elles paraissent difficilement conciliables. Alors qu’Alger mise sur une armée unifiée sous la houlette du Maréchal Haftar à condition que ce dernier accepte de se soumettre à un pouvoir civil issu de concertations inclusives, y compris les milices islamistes, Le Caire est réservé quant à toute discussion avec les groupes islamistes. Quand on sait que ces deux mastodontes du Maghreb se vouent une haine viscérale, ce ne serait donc pas une sinécure pour le bantou congolais de rapprocher les différents points de vue. Mais sans nul doute que Denis Sassou Nguesso est conscient de ses limites et joue aussi le jeu des intérêts. La médiation qu’il se propose de mener, ne serait qu’un prétexte pour se faire de l’argent. Déjà, en soufflant dans la même musette qu’Alger dont les autorités congolaises disent qu’elle a un rôle central et dispose d’une expertise de grande utilité, Denis Sassou Nguesso a de fortes chances de faire tomber pour lui et son pays, une pluie de pétrodollars.

Source: lepays.bf

1 ping

  1. Sassou à Alger: mais que peut le pauvre bantou face à la crise libyenne ?: Actualité Tchadienne – tchadpages – ACTUALITE TCHAD

    […] Continuer à lire » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>