Accueil > À la Une > Lutte contre l’impunité au Tchad: quand les avocats et magistrats ont fait plier Idriss Déby
1 274 vues

Lutte contre l’impunité au Tchad: quand les avocats et magistrats ont fait plier Idriss Déby

Après un bras de fer qui a duré une semaine, les magistrats et avocats du Tchad font plier le Président Idriss Déby qui a fini par limoger le gouverneur du Logone oriental.

Les avocats étaient partis en grève suite à la tentative d’assassinat de leur confrère à Doba, où le juge avait relâché des clients qu’il défendait. A leur sortie du palais de justice de la ville, un groupe de gendarmes attaque le véhicule de l’avocat et trois de ses clients ont été enlevés et gardés à la Légion de la gendarmerie.

Les magistrats et avocats accusent le gouverneur de Doba, Adam Nouki Charfadine et le commandant de la Légion de la gendarmerie Ahmat Djamal Nimir, d’être derrière cet acte.

Une mission de la justice diligentée dans la région recommande la poursuite du gouverneur du Logone Oriental, Adam Nouli Charfadine pour rébellion et arrestation arbitraire et le commandant de la légion de la gendarmerie de Doba Ahmat Djamal Nimir pour extorsion de fonds et recel des malfaiteurs.

Le Président Idriss Déby vient de céder sous la forte pression des avocats et des magistrats pour enfin limoger hier son proche parent, Adam Nouki Charfadine, gouverneur de la région du Logone oriental. En effet, un décret signé par l’homme qui tient le Tchad d’une main de fer depuis plus de 28 ans, vient d’annoncer le remplacement de Adam Nouki Charfadine par Ahmat Taha Ahmat à la tête de la région du Logone oriental.

Mais le dictateur tchadien aura-t-il le courage de le faire arrêter et juger comme le recommande la mission d’inspection des services judiciaires effectuée à Doba sur les événements du 22 mai au tribunal de la capitale du Logone oriental ? D’autant plus que ce n’est pas pour la première fois que Adam Nouki Charfadine a eu des démêlés avec le corps judiciaire. Déjà, en 2016, il s’était interposé contre un procureur de la République près le tribunal d’Ati, pour demander son départ à la suite de certains jugements.

En tous cas, tout le corps judiciaire (magistrats, avocats, huissiers de justice et notaires) fait front commun contre ce Monsieur. « La reprise du travail de tout ce corps est conditionnée par son arrestation et sa mise à disposition de la justice avec les autres auteurs, co-auteurs et complices », selon Me Hisseine Ngaro sur Facebook.

TchadConvergence

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.