jeudi 15 avril 2021Covid-19: 3419 cas, 2544 guéris, 121 décès.
Shadow
               
                   

Le Tchad paralysé par une crise financière et sociale très grave: mais où sont passés les leaders de l’opposition politique ?

fonac(N’Djaména, 4 novembre 2016) – Le bimensuel Le Potentiel en parlant de la crise sociale, critique les opposants tchadiens en les accusant de verser dans le silence.

«Ces leaders qui ont fui le Tchad», titre à sa Une Le Potentiel qui se demande où sont passés, les leaders de l’opposition, Laoukein Médard, Al-habo, Joseph Djimrangar Dadnadji et le chef de file de l’opposition Saleh Kebzabo.

Pour ce bimensuel, ces leaders politiques ont abandonné le peuple et la société civile dans une lutte sans merci contre les mesures antisociales du gouvernement de Pahimi Padacké Albert.

«Ce peuple composé de fonctionnaires, d’étudiants, d’agriculteurs et d’éleveurs, doit désormais prendre en main son propre destin, écrit le journal avant de faire remarquer qu’il est temps de tourner le dos à ces «hypocrites de la République qui ne défendent que leurs intérêts».

Un autre bimensuel, Média-Sahel, affiche en caricature à sa Une des chefs des partis politiques se levant pour réclamer la subvention accordée aux partis politiques par l’État. Pour Média-Sahel, les temps durs poussent ces partis à réclamer leur subvention pour joindre les deux bouts.

L’unique quotidien, Le Progrès, promène ses lecteurs à travers un reportage dans les hôpitaux désertés par les médecins, infirmiers et autres agents de santé pour cause de grève.

Le Progrès fait savoir que la situation est intenable en rapportant les propos des usagers qui ne trouvent pratiquement personne pour les prendre en charge.

TchadConvergence avec APA

 

Merci de partager cet article...
  • 14
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.