mardi 01 décembre 2020Covid-19: 1682 cas, 1515 guéris, 101 décès.
Shadow
               
                   

Le Tchad en marche vers une dictature héréditaire: le Maréchal peut désormais nommer l’un de ses fils vice-président

Après trois jours de mises en scène de toutes les marionnettes que compte le Mouvement Patriotique du Salut (MPS), parti au pouvoir au Tchad, le rideau est tombé sur le Forum dit « national et inclusif » boycotté par les principaux partis d’opposition et par la société civile tchadienne.

Comme l’on pouvait s’y attendre, la création du poste de vice-président qui était au centre de toutes les interventions, a finalement été adoptée en tant que résolution phare du Forum afin de permettre au Maréchal qui tient le Tchad d’une main de fer depuis trois décennies de pouvoir transmettre son pouvoir à l’un de ses fils au cours de son 6e mandat présidentiel prévu en 2021.

En effet, selon plusieurs sources concordantes, après avoir bien installé le régime présidentiel intégral, le Président-Maréchal du Tchad aurait l’intention d’installer l’un de ses fils sur son fauteuil présidentiel et se retirer dans son fief Amdjarass pour se reposer, c’est son vieux rêve de dictateur. La monarchisation du pouvoir que nous craignions semble être bien en marche dans notre pays.

A lire:

Tchad: le plan secret du Président Idriss Déby pour sa succession

Pour camoufler ce coup d’Etat et aussi pour amuser la galerie des zigotos du régime, d’autres résolutions ont aussi été adoptées à l’issue de ce 2e Forum:

  • Supprimer le serment confessionnel;
  • Lever la limitation du mandat des élus locaux;
  • Réhabiliter les sous-préfectures comme unités administratives auprès des communes;
  • Créer un comité technique chargé de réfléchir sur la question du drapeau tricolore;
  • Créer un Sénat qui sera le répondant des collectivités autonomes;
  • Rétablir la Cour des comptes;
  • Nommer un Médiateur national;
  • Remplacer le Haut conseil des collectivités autonomes et des chefferies traditionnelles par un organe dédié exclusivement à la chefferie traditionnelle;
  • Supprimer le Conseil économique et social;
  • Prendre des dispositions nécessaires afin de garantir une retraite descente aux fonctionnaires et contractuels du secteur public;
  • Ramener l’âge limite de candidature aux élections présidentielles à 40 ans;
  • Recommander au gouvernement de prendre en main la question récurrente des conflits intercommunautaire et des conflits agriculteurs-éleveurs.

Durant les travaux du Forum, les sbires du régime ont encerclé les sièges des principaux partis d’opposition et les domiciles de leurs leaders. Les sièges des principaux partis politiques de l’opposition tchadienne qui ont boycotté le forum sont quadrillés depuis vendredi par la police.

Les leaders de ces partis et ceux des organisations de la société civile qui entendaient organiser un forum citoyen dans les jours à venir sont filés par les services de sécurité du régime, a-t-on appris.

Le domicile de Saleh Kebzabo, leader de l’UNDR et un des principaux opposants au Président Déby, a été encerclé samedi par la police à N’Djamena, au nom de « l’état d’urgence » qui limite les rassemblements, officiellement en raison de la pandémie du coronavirus.

On apprend également que d’autres qui ont tenté de se réunir dans leurs quartiers généraux ont été contraints de vider les lieux. C’est le cas du PLD de Mahamat Ahmad Alhabo et du parti « Les Transformateurs » de Succès Masra.

Merci de partager cet article...
  • 45
    Partages

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.