jeudi 11 août 2022Covid-19: 3419 cas, 2544 guéris, 121 décès.
Shadow
               
                   

La FIDH et l’OMCT dénoncent une tentative d’assassinat perpétrée à l’encontre de Baldal Oyamta au Tchad

(N’Djaména, 05.05.2022) – Le président par intérim de la Ligue Tchadienne des Droits de l’Homme (LTDH) Maître Adoum Mahamat Boukar informe dans un communiqué de presse de la tentative d’assassinat de son coordinateur national M. Baldal Oyamta, dans la nuit du 11 au 12 avril dernier, aux environs de 2 heures du matin, dans son jardin, à Koundoul, localité située à 25 kilomètres de la sortie du sud de capitale Tchadienne N’Djaména.

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains, un partenaire de la Fédération internationale pour les droits humains (FIDH) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) dénonce cette tentative d’assassinat à l’égard de Baldal Oyamta et appelle les autorités tchadiennes à garantir l’intégrité physique et psychologique de Baldal Oyamta et de sa famille.

Selon l’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains, le 11 avril 2022, à 3 heures du matin, un individu armé d’un pistolet et d’une arme blanche a pénétré le domicile de Baldal Oyamta à N’Djamena, et tiré à bout portant au niveau du visage de celui-ci. Blessé au front, mais sans plaie grave au niveau du crâne, Baldal Oyamta a été pris en charge à la clinique. L’auteur du coup de feu, un ancien militaire, a pris la fuite, mais a été retrouvé le lendemain par des jeunes du quartier qui l’ont remis à la police. Il a été placé sous mandat de dépôt à la prison de Klessoum en attendant l’instruction de son dossier.

Oyamta Baldal a été victime d’une tentative d’assassinat chez lui à Koundoul vers 3h du matin. À la manette, un militaire récidiviste qui a finalement été « arrêté par les jeunes de Koundoul, et remis à la Police avec l’arme du crime », a rapporté l’artiste Achille Baldal.

L’Observatoire rappelle que Baldal Oyamta a déjà été l’objet de menaces de mort par le passé. En novembre 2020, en l’espace de deux semaines, il avait reçu 23 SMS de menaces liées à ses activités professionnelles en tant que défenseur des droits humains, et plus particulièrement à ces travaux sur l’accaparement des terres au Tchad. Malgré un dépôt de plainte contre X, aucune enquête n’a été ouverte sur ces menaces.

L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits humains demande de procéder à une enquête prompte, exhaustive, impartiale et transparente afin d’identifier les responsables de la tentative d’assassinat et des menaces de mort susmentionnées et de les sanctionner conformément à la loi.

Merci de partager cet article...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.