samedi 25 septembre 2021Covid-19: 3419 cas, 2544 guéris, 121 décès.
Shadow
               
                   

Disparition de l’opposant Ibni Oumar Mahamat Saleh au Tchad: la traque d’un membre de la junte militaire en France

Dans l’affaire de la disparition de l’opposant tchadien Ibni Oumar Mahamat Saleh, une juge d’instruction française souhaite entendre Mahamat Ismaël Chaibo, ancien chef de la police politique et proche de l’ancien dictateur Idriss Déby. Interpellé en France début juillet, il a échappé in extremis à sa convocation, faisant valoir une immunité diplomatique, selon une information donnée par l’écrivain et journaliste français Thomas Dietrich, très engagé dans la lutte contre l’impunité au Tchad. Le site lemediatv.fr a pu constater qu’il se trouve de nouveau en France.

Connaîtra-t-on un jour la vérité sur la disparition forcée de l’opposant tchadien Ibni Oumar Mahamat Saleh ? En novembre dernier, l’activiste Thomas Dietrich avait révélé les dessous de la disparition du mathématicien.

Depuis la mort du dictateur Idriss Déby, le 18 avril 2021, l’un des personnages-clé de cette affaire a pris du galon : le général Mahamat Ismaël Chaibo, ancien chef de la puissante police politique tchadienne, fait désormais partie des 15 généraux membres du Conseil Militaire de Transition (CMT), la junte qui dirige aujourd’hui le Tchad après un coup d’Etat d’avril 2021. 

En France, Ngarlejy Yorongar a porté plainte contre Chaïbo, qu’il accuse de l’avoir torturé en février 2008, au moment même où Ibni Oumar Mahamat Saleh disparaissait. Chaïbo serait présent en France début juillet 2021, et aurait pu répondre aux questions de la justice.

Une immunité très diplomatique

D’après Thomas Dietrich, la juge d’instruction en charge des dossiers Ibni et Yorongar a délivré en juin dernier une commission rogatoire afin d’interpeller l’ancien chef des services secrets, en visite sur le sol français. Le Général Mahamat Ismaël Chaïbo serait interpellé à l’aéroport Charles-de-Gaulle de Paris le 30 juin alors qu’il s’apprêtait à rentrer au Tchad et il serait relâché rapidement, faisant valoir son immunité diplomatique dans des circonstances encore floues, selon l’activiste français.

D’après les constatations des journalistes du site lemediatv.fr (voir la vidéo ci-dessous), Mahamat Ismaël Chaibo se trouve de nouveau en France, où il séjourne régulièrement et où il possède un appartement. Il n’a, pour le moment, pas pu être entendu par la juge d’instruction. « Monsieur Chaïbo, qui était chef de l’ANS en février 2008, est au minimum un témoin important de la disparition d’Ibni Oumar Mahamat Saleh, précise Clément Boursin, responsable des programmes Afrique pour l’ACAT, qui s’est portée partie civile à la plainte déposée en France par la famille de l’opposant. Il séjourne actuellement en France et il est donc important que la justice française puisse l’entendre. »

L’affaire Ibni Oumar rebondit ainsi en France grâce au travail des avocats de l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT) qui s’est constitué partie civile, et le travail de traque du militant Thomas Dietrich, proche du mouvement La France Insoumise et très engagé contre la Françafrique.

Merci de partager cet article...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.