Accueil > À la Une > Dans la guerre de l’or au Tchad, les villageois de Miski dénonce le « blocus » de l’armée
1 294 vues

Dans la guerre de l’or au Tchad, les villageois de Miski dénonce le « blocus » de l’armée

Au vingt-septième jour de la guerre de l’or au Tchad, les villageois de la localité tchadienne de Miski, située dans l’extême-nord du Tchad, ont dénoncé auprès de l’AFP la « situation humanitaire catastrophique » pour les habitants de Miski, à la suite du « blocus » de l’armée tchadienne.

Les « 2.400 habitants de Miski » sont en « manque de nourriture » et il y a des « blessés non soignés » du fait d’un « blocus » décidé par l’armée tchadienne il trois jours, selon Moully Sougui, porte-parole du « comité d’auto-défense de Miksi » qui se bat contre l’armée.

Il sied de rappeler que l’armée nationale, au service de l’homme qui tient le Tchad d’une main de fer depuis 29 ans, est entrée en guerre depuis le 24 octobre 2018 contre les habitants de la zone aurifère de Miski qui refusent une « exploitation de l’or sans cadre légal et réglementaire de l’État ». Début novembre, un comité d’auto-défense de Miski s’est créé pour protester contre l’« opération punitive » de l’armée, pour « empêcher l’exploitation des mines au profit du clan de Déby » et protester contre le nouveau redécoupage administratif morcelant le Tibesti.

Le « blocus » touche « des personnes âgées et des femmes » en plus des « 1.000 hommes insurgés », selon M. Sougui, ex-sous-préfet de Yebbibou, localité voisine de Miski.

« Tous les axes » autour de la circonscription de Yebbibou sont « soit minés soit tenus par l’armée », a-t-il affirmé.

La stratégie de « siège » a été confirmée à l’AFP de source militaire.

Selon une information donnée par Tchadactuel, après la débâcle honteuse de son armée à Miski au début de la semaine passée, dans son avidité illimitée de vouloir s’accaparer de l’or de la région, le Président Idriss Déby change de stratégie. Désormais, il est question d’encercler la montagne du Tibesti et empêcher ainsi toute entrée ou sortie des renforts surtout l’acheminement des produits alimentaires. « Il y a un embargo sur Miski, les trois axes qui mènent à la sous-préfecture sont tous tenus par l’armée. Le but est d’empêcher l’accès aux médicaments et à la nourriture et de retourner la population contre les insurgés », avait dénoncé Molly Sougui.

« Nous avons délogé l’ennemi », avait affirmé dimanche à la télévision tchadienne le ministre de la Défense, Daoud Yaya Brahim, disant se trouver « à Miski » et se battre contre des « jihadistes ».

« C’est de la propagande, on ne voit aucun bâtiment sur la vidéo. Le ministre se trouvait à 100 km de Miski, sur la base de Dowor », selon Charfadine Galmaye Salimi, rédacteur en chef de la page Facebook « Toubou média ».

De source interne à l’armée, l’opération contre Miski n’a pas fait l’unanimité et plusieurs officiers ont renoncé à participer aux assauts.

TchadConvergence avec l’AFP et Tchadactuel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.