Accueil > À la Une > Au Tchad, en l’espace d’un mois, un civil gravit la hiérarchie militaire jusqu’au grade de Général de corps d’armée
2 141 vues

Au Tchad, en l’espace d’un mois, un civil gravit la hiérarchie militaire jusqu’au grade de Général de corps d’armée

Le décret n° 1804 signé par le Président Idriss Déby Itno ce lundi 19 novembre 2018, élève du rang de Général de division des forces armées et de sécurité au rang et appellation de Général de corps d’armées, Mahamat Abali Salah, l’actuel ministre de l’Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale du Tchad.

Le décret est pris sur proposition du ministre délégué à la Présidence, en charge de La Défense nationale, le Général Daoud Yaya Brahim.

Selon des sources concordantes à N’Djaména, Daoud Yaya Brahim est passé dans tous ses anciens clubs militaires pour promettre le grade de Général à tous ses copains de boisson.

Actuellement, combien y a-t-il des Généraux dans l’armée clanique au Tchad, 800, 1000 ou plus ? Idriss Déby les nomme à tour de bras sans respecter la carrière militaire. Ainsi, des analphabètes, des bergers récemment débarqués à N’Djaména pour leurs liens avec la bonne ethnie, deviennent Généraux sans savoir la responsabilité que cela incombe. La plupart de ces généraux n’ont même pas d’armées, il y en a qui perçoivent tranquillement leurs salaires en cumulant avec d’autres fonctions dans la sphère publique.

Le Général de division Mahamat Abali Salah

La nomination la plus rocambolesque est celle du jeune Mahamat Abali Salah. Un beau matin du mois d’octobre dernier, les habitants de Bol ont été surpris de voir leur gouverneur habillé en tenue militaire avec l’insigne trois étoiles de Général de division. C’était Mahamat Abali Salah, l’actuel ministre de la Sécurité publique. Il a été nommé à « titre exceptionnel » comme tous les Itno (Mahamat Abali Salah est marié à une Itno). Auparavant, personne n’a jamais vu l’ex-gouverneur du Lac habillé en treillis militaire et personne n’a jamais entendu qu’il a été nommé commandant, ni colonel et ni Général de brigade dans la milice clanique d’Idriss Déby.

Ainsi va le Tchad où un autre Général, qui tient notre pays d’une main de fer depuis plus de 28 ans, banalise le grade de Général dans l’armée après avoir mis par terre la fonction de ministre dans le gouvernement.

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.