«

»

Jan 19

Combien de temps encore, Idriss Déby et se proches vont-ils exercer un « droit de vie et de mort » sur les 12 millions de Tchadiens ?

1 594 vues

(N’Djaména, 19 janvier 2017) – Au Tchad, un silence pesant et troublant sur le sort du journaliste et chanteur Mahydine Mahamat Babouri porté disparu depuis quatre mois après son arrestation.

Source photo: Adam Erdi Betchi

Selon l’avocat, Mayadine Mahamat Babouri a été interpellé le 30 septembre, en pleine rue, à Ndjamena, «par des hommes enturbannés». Amené de force dans un lieu inconnu, il semble y avoir été torturé. On lui reprocherait d’avoir posté une vidéo sur les réseaux sociaux critiquant la gestion familiale de la chose publique par le Président Idriss Déby et l’implication de la Première Dame dans les affaires de l’État. Une accusation qui aurait varié, selon maître Olivier Gouara.

Plusieurs sources sur les réseaux sociaux parlent désormais de la disparition ou de l’élimination physique de l’activiste Mahydine Mahamat Babouri.

Selon le site Tchadinfos, les avocats Oundadé Yagoua et Olivier Gouara formant le collectif pour la défense de l’activiste ont fait le mercredi 30 novembre, à la radio arc-en-ciel un point de presse pour informer l’opinion de la déportation pour une destination inconnue de leur client. Le collectif souligne que, le 20 novembre dernier, alors que l’affaire est désormais de la compétence du juge d‘instruction parce que le parquet en a décidé après son audition à la SNRJ d’ouvrir une information judiciaire, la famille Mahydine a été surprise d’apprendre que ce dernier a été ramené à la SNRJ pour des raisons obscures. Depuis lors, selon le collectif des avocats, il n’y a aucune nouvelle de leur client Mahydine Mahamat Babouri. Les avocats de l’activiste dénoncent tous ces faits et décident de porter plainte contre X pour coups et blessures, enlèvements, séquestration et actes de tortures.

La personne sur la photo ci-contre, qui vient d’être publiée sur Facebook, semble être Mahydine Mahamat Babouri. Derrière cette personne, on voit des barbelés sur le haut d’un mur, ça peut être la cour d’une prison. La personne a soulevé son boubou pour montrer qu’elle est enchainée.

Après la libération des autres activistes et opposants, peut-on considérer que la sanction extra-judiciaire à l’égard de Mahydine Mahamat Babouri est plus sévère parce qu’il est zaghawa, l’ethnie du Président Idriss Déby ?

Combien de temps devons-nous accepter sans récriminer la tyrannie d’un seul homme ? Ça suffit après 26 ans ! Il est grand temps de se lever et briser les chaînes de la soumission !

TchadConvergence

 

1 ping

  1. Combien de temps encore, Idriss Déby et se proches vont-ils exercer un « droit de vie et de mort » sur les 12 millions de Tchadiens ?: Actualité Tchadienne – tchadpages – ACTUALITE TCHAD

    […] Continuer à lire » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>