Accueil > À la Une > Attaque meurtrière de Boko Haram dans le Lac au Tchad: le gouverneur appelle les civils à quitter la zone rouge
1 907 vues

Attaque meurtrière de Boko Haram dans le Lac au Tchad: le gouverneur appelle les civils à quitter la zone rouge

Dix-huit personnes ont été tuées du côté tchadien du Lac-Tchad par des hommes identifiés comme appartenant au groupe djihadiste Boko Haram.

Dix-huit personnes ont été tuées jeudi soir du côté tchadien du Lac-Tchad par des hommes identifiés comme appartenant au groupe djihadiste Boko Haram, ont annoncé dimanche 22 juillet des sources sécuritaire recueillies par l’AFP. « Les éléments de Boko Haram ont attaqué un village au sud de Daboua », une sous-préfecture du lac Tchad non loin du Niger, « jeudi vers 21 heures » et ont « égorgé dix-huit personnes, blessé deux autres et enlevé dix femmes », a indiqué cette même source.

Le gouverneur de la région du Lac, Mahamat Abali Salah s’est rendu dans le village où l’attaque a eu lieu jeudi dernier. Il a appelé la population à la vigilance.

Le gouverneur de la région du Lac, Mahamat Abali Salah. Source: Alwihda Info

« C’est des actes barbares, lâches, et comme cette secte Boko Haram n’arrive pas à faire mal directement à l’État, elle touche à la population de l’État. Si la population est touchée, l’État est touché aussi », a-t-il déclaré à Alwihda Info.

« Pour éviter ces pratiques, nous avons toujours souligné qu’il faut que la population soit dans notre zone de sécurité. Certaines populations, compte tenu de leur naïveté, pensent que Boko Haram ne tue pas. C’est comme ça que cette partie de la population s’est retranchée dans cette zone rouge. Les assaillants se sont installés, ont pris la confiance, ont fait leurs champs, et un matin, ils ont dit qu’ils vont partir au paradis et les ont tous égorgé », a expliqué le gouverneur.

D’après le gouverneur, il s’agit d’une zone où il n’y a pas de réseau téléphonique. « Il a fallu quatre heures du temps pour que nous soyons informés. Nous sommes sur leurs traces, mais ce n’est pas évident comme nous sommes pas loin de la frontière. On a toujours dit à la population qu’elle sorte de cette zone. Ce n’est pas permis à la population de se mettre en danger. Cette secte n’a pas de limites. Cet acte ne sera pas impuni », a-t-il martelé.

Samedi soir, l’armée nigérienne avait annoncé avoir tué « dix terroristes », après avoir repoussé une attaque d’une de ses positions par Boko Haram jeudi vers 23 heures (minuit, heure locale), dans le sud-est du Niger.

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.