Accueil > À la Une > Amnesty international accusée d’avoir « bénéficié de la largesse des autorités tchadiennes »
1 277 vues

Amnesty international accusée d’avoir « bénéficié de la largesse des autorités tchadiennes »

Au Tchad, le gouvernement réagit suite à la publication de l’organisation non gouvernementale Amnesty International. C’est à travers un point de presse tenu ce 22 juillet 2018 à son cabinet,   par la ministre de la communication, porte-parole du gouvernement, Madame Ndolenodji Alixe Naimbaye.

Les autorités tchadiennes ont mis en œuvre une série de mesures d’austérité qui accroissent la pauvreté, nuisent à l’accès aux soins médicaux essentiels et mettent l’éducation hors de portée de nombreuses familles, a déclaré Amnesty International dans un nouveau rapport intitulé « Budgets en chute, répression en hausse. Le coût humain des mesures d’austérité au Tchad » et rendu public ce lundi 16 juillet 2018.

• Le budget de la santé a été réduit de plus de 50 % en quatre ans.
• Des étudiants sont contraints de choisir entre leurs cours et un emploi leur permettant de subvenir à leurs besoins.
• Des personnes qui manifestaient contre l’austérité ont été victimes de répression et arrêtées ; certaines ont été torturées.

Amnesty International a appelé le gouvernement tchadien à prendre des mesures immédiates pour évaluer les conséquences des mesures d’austérité sur les droits économiques, sociaux et culturels, notamment les droits à la santé et à l’éducation. Les autorités doivent aussi mettre un terme aux violations généralisées des droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique.

Pour le gouvernement, à travers son rapport, Amnesty International a indexé une fois de plus le Tchad « en publiant des informations non fondées, partisanes et truffées d’accusations graves de nature à saper les efforts menés dans le cadre de l’amélioration de la gouvernance ».

Selon la ministre, porte-parole du gouvernement, au moment où le Tchad s’apprête à obtenir les retombées significatives du Plan national de développement, l’on comprend mal les affabulations et réactions d’Amnesty International. « En produisant à dessein son rapport à charge, dans le seul but de décourager les partenaires techniques et financiers du Tchad, Amnesty International ne cherche-t-il pas à jeter un discrédit sur le Tchad et à plonger sa population dans un désarroi total ? ».

Pour conclure son propos, Madame Ndolenodji Alixe Naimbaye a déploré « le manque de sérieux d’Amnesty international qui a pourtant bénéficié de la largesse des autorités tchadiennes ».

Selon le dictionnaire Larousse, le mot « largesse » signifie « action d’une personne qui distribue sans compter son argent ou ses biens ». De quelle « largesse » s’agit-il alors ?

TchadConvergence

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.