«

»

Déc 31

Vœux du nouvel an 2017 du Président Idriss Déby: un bilan économique nul pour l’année 2016 !

5 385 vues

Tchadiennes, Tchadiens,
Mes chers compatriotes.

Il y a dans la vie des peuples et dans l’histoire des nations des moments d’adversité qui appellent à la réflexion. L’année 2016 qui s’achève a été particulièrement éprouvante pour notre pays à l’instar d’autres nations.

Lors du sommet extraordinaire de la CEMAC, le constat que nous avons fait est le même : il n’y a pas d’argent.  Ce n’est pas seulement au Tchad que l’argent est rare ; l’argent est rare partout.

A Yaoundé, nous nous sommes fixé des résultats à atteindre avec des délais précis.

C’est un effort collectif qui est demandé aux six États. Sachant que nous sommes une des économies les plus faibles  de la région, nous avons privilégié la recette de l’anticipation.

Aujourd’hui, pour nos six pays ensemble, et chaque pays individuellement, nous allons nous serrer la ceinture.

Il n’y a pas d’autre solution. Pour le Tchad comme pour tous les pays de la CEMAC, il s’agit de reculer pour mieux sauter.

Nous devons contrôler nos budgets, générer des recettes en diversifiant nos économies, rapatrier les fonds placés hors de la zone par les sociétés implantées chez nous, bref nous imposer une discipline budgétaire.

En pareil moment où le pays a besoin d’un sursaut pour rebondir, toutes les forces vives de la nation doivent former une union sacrée pour mieux faire face à l’adversité.

Je  loue le courage et le sacrifice de nombreux travailleurs qui endurent, avec beaucoup de dignité et de philosophie, les épreuves de cette crise qui, je l’espère, n’est qu’une parenthèse de notre vécu commun.

Je les encourage à reprendre le travail et à assurer pleinement leurs responsabilités vis à vis de leurs compatriotes.

Tous nos partenaires comprennent la nécessité de préserver les acquis sociaux et je vous assure que c’est toute ma préoccupation, matin et soir.

Mais je voudrais que les Tchadiens soient conscients que l’heure est grave.

Quand nous avons eu l’argent du pétrole, nous avons accordé les augmentations. A présent qu’il n’y a pas d’argent, nous devons accepter les efforts et les sacrifices.

Des sacrifices pour ne pas aggraver nos déficits et des efforts pour rétablir les équilibres dans notre économie. C’est à ce prix et à ce prix seulement que nous pourrons espérer faire redémarrer la machine.

Mais j’espère que ces sacrifices soient provisoires. Pour tirer les leçons de la crise actuelle, nous devons mieux nous organiser, à l’avenir, pour avancer à un rythme contrôlé.

Contrairement aux projections pessimistes et apocalyptiques, notre pays trouvera les ressorts nécessaires pour tourner cette  page de son existence.

Tchadiennes, Tchadiens, tant que nous avons la volonté et l’ambition, gardons l’espoir.

Mes chers compatriotes.

En dépit de la conjoncture bien difficile,  notre pays a pu se conformer au calendrier électoral en organisant le scrutin présidentiel avec usage de la biométrie.

Cette expérience de la biométrie qui est une toute première dans la vie politique du Tchad a été couronnée de succès.

C’est le lieu ici de saluer les électeurs qui ont accompli leur devoir civique en toute responsabilité et ont opéré leur choix en toute souveraineté.

Ce fort sentiment patriotique doit être cultivé sans cesse. Nous devons perpétuer ce sens accru de responsabilité et de maturité pour cimenter l’unité nationale, garantir la stabilité et consolider la paix.

Il est vrai que nous devons louer le Tout Puissant qui nous a fait grâce de sa Bénédiction et de sa Félicité. Plusieurs régions de notre pays ont bénéficié cette année  d’une pluviométrie moyenne, qui augure de récoltes susceptibles d’atténuer les effets de la crise pour les ménages.

Mais il est indéniable que nous ne pourrions rien construire de durable dans un environnement marqué par l’anarchie et l’instabilité.

Aujourd’hui, le Tchad respire la paix et la stabilité dans une région en proie au terrorisme, à l’insécurité, au crime organisé, aux trafics en tout genre et aux désordres.

Mais cette stabilité ne doit pas pour autant nous amener à céder à la satisfaction béate et à l’angélisme. Bien au contraire, nous devrions renforcer la lutte contre le terrorisme en maintenant l’alerte à un niveau maximal.

A cet égard, je salue la vaillance de nos Forces de Défense et de Sécurité pour le sacrifice suprême qu’elles ont consenti pour la paix en Afrique et au Tchad et je les exhorte à plus de détermination en vue de mettre notre pays à l’abri du désordre et du terrorisme.

J’invite également toute la population à plus de vigilance et à être toujours sur le qui-vive.

Mes Chers compatriotes ;
Tchadiennes, Tchadiens.

L’année qui commence, conformément à notre programme de l’émergence, est pleine de défis.

Nous allons nous investir pour garantir une  croissance durable, inclusive, génératrice d’emplois pour les jeunes et les femmes.

Dans cette perspective, «  La Vision 2030, le Tchad que nous voulons » et le plan quinquennal 2016-2020  doivent prendre corps et être la boussole qui oriente la marche  du Tchad vers l’émergence.

Le pari est certes ambitieux,  mais je suis convaincu que notre force commune et notre engagement collectif nous permettront de tenir la dragée haute et d’offrir de bien meilleures perspectives aux générations futures.

Ces défis de titan nous commandent, bien entendu, de nouvelles attitudes et une conscience revisitée. Chaque Tchadienne, chaque Tchadien doit mettre à l’honneur la notion de l’intérêt général.

Nous devrons reconnaître, aujourd’hui, que la corruption et le détournement des deniers publics ont gravement ponctionné les ressources nécessaires pour le développement du pays.

C’est pourquoi, la lutte contre les prédateurs et les prévaricateurs sera plus que jamais renforcée. Outre l’Inspection Générale d’Etat qui abat un travail d’excellente qualité, une cour spécialement dédiée aux crimes économiques et à la corruption sera mise en place dès le premier trimestre de l’année 2017.

L’année nouvelle verra aussi la concrétisation des réformes institutionnelles  annoncées lors de mon investiture.

Mes chers compatriotes.

Œuvrons ensemble pour assurer la grandeur de notre pays. Cet appel pressant et patriotique s’adresse à tous les Tchadiens de l’intérieur et ceux de la diaspora.

Ces derniers doivent contribuer à l’essor de leur patrie en apportant leur précieux capital d’expérience, d’expertise et de génie.

Je formule le vœu ardent que la nouvelle année renforce davantage la solidarité, la fraternité et la cohésion  entre les filles et fils du Tchad.

Dans cette perspective, le Gouvernement doit s’investir pour contenir  les  conflits agriculteurs-éleveurs et les frictions diverses entre les communautés. Il est indéniable que ces phénomènes mettent à mal la concorde nationale, l’unité et la stabilité.

A toutes et à tous, je présente mes vœux de paix, de concorde, de bien-être et de santé.

Bonne et heureuse année 2017.
Vive le Tchad.

(7 commentaires)

1 ping

Passer au formulaire de commentaire

  1. Oufalba chrinous

    Discours fleuve,vide de sens,tremolo et que sais-je?.

  2. Ngafga

    discours vide et ironique

  3. Ruben

    il n’a qu’à narrer sa vie comme bon le semble,toute chose a un debut et une fin.

  4. desire

    ce le discours de votre investiture ?

  5. Imhotep

    Un president rigolo…

  6. DJIMOKO NASSARMADJE

    presi cest beau de faire un discours radieux pour souhaiter un meilleur voeux à tes copatriotes, mais ton discours doit etre accompagné des faits concrets, oui nous avons traversé l’année 2016 avec des multiples crises créées et mise sur pied par ton gouververnement, ton administration, tes proches parents etc. il faut voir la vérité en face, tu nommes des hommes incompétents à la tête des départements ministériels cmt tu veux les choses marchent, toi même tu es a la tête de ce pays depuis combien des décennies et tu ne maîtrises pas tes collaborateurs, cmt tu veux que les choses marchent? incapable d’agir entend que commandants en chef, tu agis comme un chef de bande en costume cravate cmt tu veux que les choses marchent? presi si tu veux vraiment avoir un Tchad debout débarrasse toi de tes proches collaborateurs et remet ta confiance aux institutions de ton pays et non entre les main de tes proches car c’est eux qui mettent en ruine ta politique, En ce moment tu es sur le bancs des accusés, car pendant 25ans tu as appauvri un Etat riche pour enrichir des individus qui sont contre Notre partrie, et voilà cmt tu te sens fier bien sur parce que tu as atteint ton objectif qui est de mettre le Tchad sur un plateau et pouvoir partager. je te remercie parce que tu nous a ouvert les yeux et nous montrer quel genre de president tu es. Juste ambitieux des intérêts égoïstes!!! c’est mon opinion article 27 de la constitution révisée du 31 mai 1996 suite au référendum du 06 juin 2005

  7. Gaya Pierre

    Où sont parties les recettes d’un quart de siècle??? Toutes les recettes du pays sont aspirées perpétuellement par ses ventouses qu’ils placent partout là où il y a l’argent et maintenant il dit devant la nation qu’il n’ y a pas d’argent et qu’il demande (impose) encore au peuple de consentir de sacrifices. J’attire votre attention chers frères tchadiens: vous n’avez peut être pas encore vu cela venir, mais rien n’augure de bon pour l’avenir du Tchad. Le système actuel est entrain de s’inspirer du système algérien qui a maintenu sa population dans une domination-répression dévastatrice des militaires depuis plusieurs dizaines années. Au moment où j’écris ce commentaire, le peuple algérien lutte pour la portion congrue: les tomates, les œufs se vendent à l’unité dans les marchés, le riz se vend au verre! La famine est là et personne ne peut parler de ces réalités à l’intérieur de l’Algérie. Même chez nous la famine existe, et pour preuve: mis mai 2016, je partais pour l’est du pays en compagnie de quelques proches. Nous avons fait un arrêt au village de Gambir et là je n’en crois pas à mes yeux : des femmes et des enfants nous ont approché pour nous demander quelque chose à manger et quelques pièces de monnaie. Bref, personnellement je pressens que nous assisteront, à moyen terme dans une situation similaire à celle de l’Algérie où les structures familiales et sociales sont détruites, et le peuple anéanti. Je vous ai mis la puce à l’oreille et l’avenir nous le dira.

  1. Vœux du nouvel an 2017 du Président Idriss Déby: un bilan économique nul pour l’année 2016 !: Actualité Tchadienne – tchadpages – ACTUALITE TCHAD

    […] Continuer à lire » […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>