Vers une opération militaire conjointe contre les rebelles tchadiens dans le sud de la Libye ?

Les forces du commandant militaire libyen Khalifa Haftar ont annoncé mardi le lancement d’une opération militaire dans le sud du pays.

Lors d’une conférence de presse tenue à Benghazi, dans l’est de la Libye, le porte-parole de Haftar, Ahmed al-Mismari, a déclaré que l’opération vise à « préserver l’intégrité territoriale de la Libye ». L’opération vise également à « assurer la capacité du peuple libyen à préserver et à contrôler le secteur pétrolier et gazier du pays », a-t-il ajouté. Al-Mismari a exhorté le public à éviter les zones de la Libye où s’abritent des « terroristes », citant notamment la ville de Sebha (située à environ 750 km au sud de Tripoli).

Des sources militaires ont précisé à l’AFP que plusieurs unités de l’armée nationale libyenne (ANL) de Haftar avaient pris position dans le sud ces derniers jours, en particulier autour de la ville de Sebha, à 650 km au sud de Tripoli. Sur les réseaux sociaux, des vidéos montrent des convois des véhicules équipés d’armes lourdes quasiment vides. 

Quelles sont alors les troupes de Haftar qui avaient pris position autour de Sebha ?

Il semble que ce sont des rebelles soudanais Toroboros pro-Haftar qui seraient déjà arrivés à la base aérienne de Sebha avant les opérations prévues le long des frontières libyennes avec le Soudan, le Tchad et le Niger. La colonne de Toroboros qui est tombée dans une embuscade tendue par des rebelles tchadiens du Conseil du Commandement Militaire pour le Salut de la République (CCMSR), le samedi 12 janvier  à Kouri Bougoudi, avait pour mission de prendre le contrôle de la zone aurifère afin de protéger les orpailleurs zaghawa, selon des sources soudanaises. Et selon des sources concordantes, le chef militaire de cette colonne, Mahamat Abdallah, aurait rejoint la garnison militaire de Wour dans le Tibesti après le premier combat entre ses hommes et les rebelles du CCMSR, où un officier tchadien proche du Président Déby l’attendait. Ils auraient tous deux regagné la capitale tchadienne en transitant par Faya-Largeau. Les Toroboros sont d’ethnie zaghawa et ont toujours joué le rôle de supplétifs à l’armée de l’homme qui tient le Tchad d’une main de fer depuis plus de 29 ans. Et depuis un certain temps, ils sont aussi mercenaires dans l’ANL de Khalifa Haftar.

Les Toroboros seraient toujours à Kouri Bougoudi 

Des sources dans le sud de la Libye indiquent que les Toroboros sont toujours à Kouri Bougoudi et les rebelles du CCMSR ne sont pas loin de leurs campements. Plusieurs appels ont été lancés pour demander l’intervention des autres rebelles tchadiens de l’UFR et du FNDJT. Mais, pour le moment, rien ne bouge, et selon les observateurs, les autres groupes rebelles sont très intrigués par le fait que l’armée de Déby n’intervient pas contre les rebelles du CCMSR. Par contre, des mouvements de troupes ont été signalés. Les forces stationnées à Tanoua convergent vers Kouri Bougoudi.

Plusieurs déplacements des responsables sécuritaires au nord du Tchad

Les multiples déplacements du ministre de l’Administration du territoire, de la Sécurité publique et de la Gouvernance locale dans le nord du Tchad, accompagné par le directeur général de l’Agence Nationale de Sécurité (ANS) et des hauts gradés de l’état-major, montrent qu’Idriss Déby et son allié libyen Khalifa Haftar préparent une opération conjointe contre les rebelles tchadiens basés dans le sud de la Libye.

TchadConvergence


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.