Accueil > À la Une > Tchad-Soudan: la crise dans le golfe sonne-t-elle la fin de sept années de lune de miel entre les dictateurs Idriss Déby et Oumar el-Béchir ?
2 720 vues

Tchad-Soudan: la crise dans le golfe sonne-t-elle la fin de sept années de lune de miel entre les dictateurs Idriss Déby et Oumar el-Béchir ?

(N’Djaména, 22 août 2017) – Le Premier ministre du Tchad entame ce lundi une visite officielle de trois jours à Khartoum, a annoncé dimanche le ministère soudanais des Affaires étrangères.

Le Premier Ministre Pahimi Padacké Albert est arrivé ce lundi 21 août à Khartoum au Soudan à la tête d’une forte délégation de haut niveau, dont plusieurs ministres.

La délégation tchadienne a été accueillie par le vice-Président soudanais, M.Hasabo Mohamed Abdul-Rahman.

La visite qui durera trois jours entre dans le cadre du déplacement au Tchad de M. Hasabo en mai dernier du Tchad à l’occasion d’une exposition industrielle soudanaise, a indiqué le porte-parole du Ministère soudanais des Affaires étrangères.

« Le Premier ministre tchadien rencontrera le Président soudanais Omar el-Béchir et le vice-président Hassabo Mohamed Abdul-Rahman », a déclaré Gariballa al-Khadir, porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Soudan. Il a aussi déclaré que la délégation tchadienne rencontrera des hommes d’affaires et des investisseurs soudanais pour les informer des opportunités d’investissement au Tchad.

Le Premier ministre et sa délégation rendront visite au groupe industriel GIAD du Soudan et à un certain nombre d’autres entreprises soudanaises qui exportent leurs produits vers le Tchad.

A l’aéroport, le ministre soudanais des Affaires étrangères, Atta al-Manan Bakhit, a déclaré à la presse que la visite du Premier ministre du Tchad vient renforcer et promouvoir les relations bilatérales entre les deux pays. Il a déclaré que Pahimi Padacké Albert aura l’opportunité d’évaluer le potentiel économique du Soudan, en soulignant les succès obtenus au sujet de la force commune à la frontière entre les deux pays, de la coopération politique et de plusieurs problèmes régionaux et internationaux.

La force commune a été déployée le long de la frontière en 2010, conformément à un accord visant à empêcher l’assistance aux groupes rebelles et aux attaques transfrontalières. En effet, en janvier 2010, le Soudan et le Tchad ont signé un accord de normalisation mettant fin à une longue histoire d’hostilité mutuelle dans laquelle les deux parties ont apporté leur soutien aux insurgés de l’autre.

Plus tôt cette année, les deux pays ont annoncé leur intention d’élargir le déploiement de la force conjointe pour inclure la lutte contre le terrorisme et le désarmement.

Les deux parties ont annoncé leur désir d’étendre cette année leurs forces pour inclure les forces tchadiennes déployées dans une vingtaine de postes frontaliers entre les deux pays.

Il faut rappeler que les 20 et 21 mai 2017, des violents combats ont opposé un groupe de rebelles du Darfour à l’armée soudanaise. Oumar el-Béchir avait, dans une déclaration à la télévision Aljazeera, accusé nommément l’Égypte d’avoir apporté un soutien militaire aux rebelles. Il avait reproché à Abdel Fattah al-Sissi d’avoir autorisé la fourniture d’armements et de blindés égyptiens aux insurgés. Selon le site Letchadanthropus-tribune, la visite du Raïs Égyptien Abdelfattah Al-Sissi au Tchad lors de sa récente tournée africaine devrait s’inscrire dans le cadre du renforcement de l’axe anti-Qatar et anti-Soudan que renferme la coalition pro-saoudienne. Après la rupture des relations diplomatiques de l’Arabie saoudite avec le Qatar, plusieurs pays du continent africain dont le Tchad ont été amenés à prendre position.

Et aussi, selon certaines sources en Libye, la colonne qui avait attaqué le vendredi dernier une patrouille de l’armée tchadienne à Tekro-Ounianga, non loin de la frontière tchado-libyenne, se rendait dans les zones au Darfour du chef Janjawid Moussa Hilal en dissidence avec le pouvoir soudanais, et en froid avec son ex-beau-fils Idriss Déby. Les « Toro-Boro », rebelles soudanais du Darfour, qui se sont bien renforcés en Libye, ont commencé à dire haut et fort à tous les rebelles tchadiens dans le sud de la Libye que « cette fois-ci, ça va se passer au Soudan, et le cas de l’homme qui tient le Tchad d’une main de fer depuis plus de 27 ans sera traité après quand le pouvoir aura changé de main au Soudan ». 

TchadConvergence

One thought on “Tchad-Soudan: la crise dans le golfe sonne-t-elle la fin de sept années de lune de miel entre les dictateurs Idriss Déby et Oumar el-Béchir ?

  1. Ping : Tchad-Soudan: la crise dans le golfe sonne-t-elle la fin de sept années de lune de miel entre les dictateurs Idriss Déby et Oumar el-Béchir ?: Actualité Tchadienne – tchadpages – ACTUALITE TCHAD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.