Tchad: les N’Djaménois indignés par l’arrestation de neuf femmes « prises en flagrant délit » de ramassage de bois mort

/1 876 vues

Neuf femmes, parmi lesquelles des mères allaitantes et des fillettes, ont été interpellées ce jeudi 21 mars à N’Djamena par les forces de l’ordre, après avoir été « prises en flagrant délit » en train de ramasser du bois mort. Les faits se sont produits à Farcha, dans le 1er arrondissement, a appris Alwihdainfos de source judiciaire. 

Elles ont aussitôt été conduites au parquet de N’Djamena où elles ont été entendues. Le procureur de la République a finalement décidé de classer l’affaire sans suite. Il a estimé que l’infraction n’est pas constituée. 

Caricature de Djam’s pour Tchadinfos sur la pénurie de gaz domestique depuis plusieurs semaines au Tchad: avec sa bonbonne sur la tête, la mère de famille cherche désespérément du gaz, mais l’homme qui tient notre pays d’une main de fer depuis plus de 29 ans est préoccupé par la disparition de l’hélico de sa milice clanique.

L’affaire a provoqué l’indignation des personnes présentes au Palais de justice de N’Djaména. Toute la ville de N’Djaména est sous le choc, jamais la répression policière à l’encontre des pauvres citoyens n’avait atteint un tel niveau de violence. Pourtant, au Tchad, il ne manque pas de bandits qui foulent aux pieds les lois chaque jour. Mais, certainement, ceux-là ont pour profession « neveu du Chef de l’Etat ».

Face à la crise du gaz butane qui sévit depuis plusieurs semaines à N’Djamena, les populations sont livrées à elles-mêmes et peinent à trouver du combustible pour faire la cuisine. Dans certaines familles, on a utilisé des veilles chaussures pour préparer à manger.

« Gaz mafi »: des enfants dénoncent la pénurie de gaz butane au Tchad

Au Tchad, la loi interdit formellement la coupe, le transport et la commercialisation de bois.

Mais, la loi ne s’applique pas au dictateur Idriss Déby qui avait coupé des arbres centenaires bordant l’avenue Charles-de-Gaulle, principale rue commerçante du quartier Djabalbar aux alentours du Palais rose de N’Djamena sous prétexte de protéger son fauteuil suite à une attaque rebelle.

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.