Tchad: Idriss Déby se prépare-t-il à une guerre contre les rebelles ?

/4 510 vues

Avant de s’envoler, le 17 janvier 2019, pour Addis Abeba afin de prendre part à une réunion consultative de haut niveau de l’Union Africaine, le Président Idriss Déby aurait réuni ses enfants pour les informer qu’à son retour, il repartira dans son fief Am-Djaress pour ramasser ses effets personnels et revenir à N’Djamena afin d’affronter les rebelles, selon une information donnée par le site Tchadactuel.

Selon les mêmes sources, le despote tchadien a aussi informé ses enfants qu’il va se bunkériser dans la capitale tchadienne et affronter les rebelles avec l’aide de la communauté internationale, ainsi que les militants du MPS, prêts à mourir pour défendre les idéaux de son parti et la guerre de N’djamena, cette fois-ci, durera plus longtemps que celle de N’djamena des années 80, il va donc s’y préparer.

La nomination, le vendredi 25 janvier 2019, du Général de corps d’armée Tahir Erda à la tête de l’état-major général de l’armée de terre (CEMAT), confirme-t-elle la préparation d’une prochaine guerre au Tchad ?

En effet, au terme d’un décret signé par le dictateur tchadien, Taher Erda a remplacé le Général de brigade, Ahmat Youssouf Abakar appelé à d’autres fonctions. Directeur Général de la Police Nationale, de 2014 à 2018, Tahir Erda a été remplacé, le 23 Janvier 2019, par un autre Général Ousman Bassi Lougouma.

Le tweet ci-dessous du mouvement rebelle MACT résume bien la situation politico-militaire au Tchad.

Selon une source non confirmée, plusieurs groupes rebelles du mouvement Union des Forces de la Résistance (UFR) de Timan Erdimi, ont quitté la Libye pour rejoindre leurs bases arrières dans le Darfour au Soudan.

Dans ce cas, qui d’autres que Tahir Erda pourrait prendre le commandement d’une armée en totale déconfiture pour affronter de nouveau les rebelles à l’est ?

Ancien commandant de la garde présidentielle tchadienne, par roublardise, le Général Tahir Erda a connu de nombreuses victoires et aussi des revers (bataille d’Am-Zoer) lors des attaques des rebelles dans les années 2008. Maintenant, le tout est de savoir si l’ancien DG de la police nationale est encore capable de monter derrière un pick-up Toyota ou de courir avec un sac à dos dans les steppes de l’est du Tchad.

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.