Accueil > À la Une > Tchad : 71 902 candidats à l’assaut du Baccalauréat session de juillet 2017
8 179 vues

Tchad : 71 902 candidats à l’assaut du Baccalauréat session de juillet 2017

Au total, 71 902 candidats toutes séries confondues sont inscrits pour les épreuves du Baccalauréat qui se dérouleront au Tchad du 17 au 22 juillet prochains, a annoncé mardi à N’Djamena le directeur général de l’Office national des examens et concours du supérieur (ONECS).

Selon Bakari Abou qui donnait un point de presse, l’ONECS est à pied d’œuvre pour le bon déroulement du bac qui, contrairement aux années précédentes où il se tenait en mi-juin a été décalé cette année jusqu’en juillet à cause de la grève des enseignants.

Dans tous les cas, a-t-il rassuré, l’enrôlement biométrique des candidats, commencé le 21 mars, a pris fin le 30 mai.

«La réforme du baccalauréat entamée se poursuivra cette année. Des améliorations seront opérées, d’une part sur les cartes d’accès dans le but d’empêcher des tierces personnes de composer à la place des candidats et d’autre part, sur les copies des examens, afin de démasquer l’introduction des copies par des personnes mal intentionnées», a indiqué le directeur général de l’ONECS, Bakari Abou.

L’année dernière, le nombre des candidats était de 77 114 toutes séries confondues, soit un surplus de 5 000 candidats par rapport à l’année dernière.

Parmi les candidats au bac, il y a un grand nombre de Camerounais et de Centrafricains désireux d’obtenir leur parchemin au Tchad.

TchadConvergence avec APA

6 thoughts on “Tchad : 71 902 candidats à l’assaut du Baccalauréat session de juillet 2017

  1. Ping : Tchad : 71 902 candidats à l’assaut du Baccalauréat session de juillet 2017: Actualité Tchadienne – tchadpages – ACTUALITE TCHAD
  2. C’est toujours un grand dilemme de sortir la caboche de ce trou à dans un pays comme le nôtre où tous sont autour du pouvoir à le bêler et faire des courbettes. Tandis que de l’autre côté de la pendule s’introduit dans le cadre des études supérieures mais les portes qui, légalement devraient être pour ça furent au premier moment bondées, asphyxiées et aujourd’hui hermétiquement fermées. Dommage ! Le tout, c’est de refuser tout fatalisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *