vendredi, septembre 25Covid-19 (Tchad): 1171 cas, 1003 guéris, 82 décès.
Shadow

Étiquette : Magistrats

Tchad: ministère, magistrats, avocats, greffiers, le grand déballage au sein d’un système judiciaire corrompu

Tchad: ministère, magistrats, avocats, greffiers, le grand déballage au sein d’un système judiciaire corrompu

À la Une, Halte à l’Impunité et aux Arrestations arbitraires
Par un communiqué, publié le weekend dernier, le Syndicat des Magistrats du Tchad (SMT) a dénoncé « le dysfonctionnement caractérisé de la justice par les ingérences intempestives de la chancellerie sur le cours normal de la justice ».  Faisant suite au communiqué de presse du SMT, un greffier au Tribunal de N'Djaména, Doudjimsengar Tatolngar a dénoncé le comportement des "magistrats corrompus dont les dérives méritent des sanctions appropriées". Dans son communiqué ci-dessous, Me Doudjimsengar Tatolngar dit même que "certains magistrats se sont trompés de porte en intégrant la justice et qu'il est prêt à publier leurs noms et les montants perçus des justiciables voire donner aux médias". Selon lui, dans l'affaire objet du communiqué du SMT, "les magistrats ont convoqué le préven...
Tchad: les magistrats en colère contre le ministre de la justice Djimet Arabi

Tchad: les magistrats en colère contre le ministre de la justice Djimet Arabi

À la Une, Halte à l’Impunité et aux Arrestations arbitraires
Les magistrats tchadiens sont en Assemblée générale extraordinaire ce lundi 21/10/2019 à 8 heures précises dans la grande salle des audiences du Palais de Justice de N'Djaména. Ils sont en colère contre « le dysfonctionnement caractérisé de la justice par les ingérences intempestives de la chancellerie sur le cours normal de la justice ». Décideront-ils d'entrer en grève ? On le saura au cours de la journée de ce lundi 21 octobre 2019. TchadConvergence
Au Tchad, les magistrats ne décolèrent pas

Au Tchad, les magistrats ne décolèrent pas

Politique et Société
Au Tchad, les magistrats ont reconduit leur mouvement de grève sèche dans toutes les juridictions du pays pour une semaine à compter de lundi 23 octobre 2017. Les magistrats tchadiens revendiquent des meilleures conditions de vie et de travail, et surtout le renouvellement du bureau du conseil supérieur de la magistrature dont le mandat est arrivé à terme. Cette grève sèche d’une semaine intervient après celle de trois jours observée la semaine dernière par le syndicat des magistrats du Tchad et le syndicat autonome des magistrats du Tchad sans succès. Les deux syndicats des magistrats du Tchad considèrent que le mépris considéré à leur égard mérite une réplique de même hauteur. «L’Assemblée générale ayant constaté qu’aucune autorité instruite n’a fait un geste allant dans le s...
Au Tchad, les magistrats suspendent leur grève, mais les écoles et hôpitaux toujours fermés

Au Tchad, les magistrats suspendent leur grève, mais les écoles et hôpitaux toujours fermés

Politique et Société
(N'Djaména, 22 novembre 2016) - Les magistrats viennent de suspendre leur grève sèche qui avait démarrer il y a un mois. La décision a été prise lundi matin au cours d'une assemblée générale. Pour Allarakété Sanengar, le président du syndicat des magistrats du Tchad, cette suspension d’un mois vise à donner au chef de l’État Idriss Deby, du temps pour examiner leurs doléances. La grève des magistrats avait été lancée au lendemain d'un appel de la plateforme de revendication syndicale touchant le secteur de l’éducation et de la santé. Les magistrats ont d’abord observé une grève sèche une période de deux semaines à partir de vendredi 28 octobre 2016. Appel à la participation d'une ville morte Le Front de l'Opposition Nouvelle pour l'Alternance et le Chargement (FONAC) maintie...
Tchad: après les greffiers, les magistrats menacent de faire grève à partir de ce mercredi

Tchad: après les greffiers, les magistrats menacent de faire grève à partir de ce mercredi

Politique et Société
(N'Djaména, 18 octobre 2016) - Les magistrats tchadiens ont annoncé lundi, à l’issue de leur assemblée générale extraordinaire, qu’ils contestaient l’abattement de leurs indemnités, une décision prise conformément aux mesures de coupe budgétaire prises par le gouvernement. Le syndicat des magistrats du Tchad (SMT), dans un communiqué signé de son secrétaire général, le juge Djonga Arrafi, estime que cet abattement est fait «en méconnaissance des dispositions constitutionnelles à la fois législatives et réglementaires».Face à cette situation, les magistrats tchadiens accordent un délai de trois jours au gouvernement pour les rétablir dans leurs droits estimant que le fait de couper leurs indemnités est illégal parce que cet acquis a été obtenu suivant le statut de la magistrature au Tchad....