Accueil > À la Une > Passage en force pour l’adoption d’une nouvelle constitution au Tchad: des voix s’élèvent pour dénoncer le silence complice du conseil supérieur des affaires islamiques
1 012 vues

Passage en force pour l’adoption d’une nouvelle constitution au Tchad: des voix s’élèvent pour dénoncer le silence complice du conseil supérieur des affaires islamiques

Les évêques de la Conférence épiscopale du Tchad ont appelé jeudi dernier à une adoption par référendum de la nouvelle Constitution plutôt que par voie parlementaire, estimant que le projet « ne reçoit pas l’adhésion de l’ensemble des citoyens ».

Une adoption par voie parlementaire de la nouvelle Constitution « risque de fausser gravement les règles du jeu démocratique », estiment les évêques du Tchad.

Mardi, sept associations de la société civile tchadienne ont demandé dans une lettre ouverte aux députés de ne pas voter la nouvelle Constitution d’Idriss Déby.

Depuis lors, sur les réseaux sociaux, plusieurs voix s’élèvent pour dénoncer le silence « complice » du Conseil Supérieur des Affaires Islamiques du Tchad (CSAI).

Dans un communiqué qui vient d’être publié, la Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l’Homme (CTDDH) a appelé le CSAI à sortir de son silence et emboîter le pas de la Conférence Épiscopale pour n’est pas rater le train de l’histoire. Dire non à cette forfaiture que Déby et les siens veulent nous imposer est notre droit fondamental et la Constitution nous garantit ce droit, selon la CTDDH.

Mais, selon une information donnée par Tchadinfos, un nouveau président vient d’être désigné à la tête du Conseil Supérieur aux Affaires Islamiques du Tchad. C’est Cheikh Mahamat Hattir Issa qui succède au défunt Colonel Hissein Hassan Abakar décédé le 14 janvier 2018 à Paris en France. Premier vice-président depuis des décennies, puis président intérimaire, Cheikh Mahamat Hattir Issa, a été désigné président du CSAI ce samedi 21 avril. Le Cheik Abdayim Abdallah Ousman, jusque-là secrétaire général de l’institution, devient premier Vice-président du CSAI. Cheikh Abadayim Abadallah Ousman conserve son fauteuil du secrétaire général également. Cheikh Ahmat Annour Mahamat Al-Hélou, Mufti et imam de la grande Mosquée du Roi Fayçal de N’Djaména, devient le deuxième vice-président et conserve ses anciens titres selon Tchadinfos.

Il faut ajouter que le CSAI vit depuis un certain temps une très grave crise entre différentes confréries dont certaines refusent de s’y reconnaitre et condamnent l’orientation donnée par l’équipe du colonel Hissein Hassan Abakar, un fervent partisan du pouvoir MPS.

Dans une interview à Letchadanthropus-Tribune, l’ancien ministre tchadien Acheikh Ibni-Oumar a exprimé ses vives inquiétudes sur les conflits inter-religieux « invisibles » entre les « salafistes » et les « soufistes » au Tchad. Il avait appelé les autorités tchadiennes et l’élite intellectuelle à réfléchir profondément pour que « notre société ne soit pas prise au piège du moyen-orient ».

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *