Accueil > À la Une > Mais qu’est-ce qui a amené Idriss Déby à visiter la sinistre prison d’Am-Sinéné à N’Djaména: les djinns ou les charlatans ?
2 812 vues

Mais qu’est-ce qui a amené Idriss Déby à visiter la sinistre prison d’Am-Sinéné à N’Djaména: les djinns ou les charlatans ?

Ce samedi 18 novembre 2017, le Président Idriss Déby a effectué une visite inopinée à la sinistre prison d’Am-Sinéné à N’Djaména où croupissent plus de 2 000 détenus pour une capacité de 300 places.

C’est la toute première visite en milieu carcéral de l’homme qui tient le Tchad d’une main de fer depuis plus de 27 ans, pourtant, depuis plusieurs années, des organisations humanitaires nationales et internationales tiraient régulièrement la sonnette d’alarme sur les conditions sanitaires exécrables et inhumaines dans les prisons tchadiennes. C’est pour s’imprégner des conditions de détention dans cet établissement pénitentiaire, nous dit le Palais rose.

Plusieurs détenus sont à Am-Sinéné depuis des années sans voir un juge.

Lors de cette visite, le despote tchadien a ordonné, séance tenante, la libération de plusieurs prisonniers notamment des femmes et des mineurs.

Logiquement, dans la foulée, Idriss Déby devrait se rendre aussi au bagne de Koro-Toro, situé dans la région du Borkou, en plein désert, à quelques encablures de là où a été découvert en 2001 le crâne fossile de Toumaï, notre ancêtre le plus vieux du monde.  C’est le plus sinistre et le plus meurtrier des bagnes connus sous le régime du Président Idriss Déby réservé pour la punition des voix discordantes. Le despote tchadien n’ira donc pas à Koro-Toro car la plupart des détenus sont des prisonniers politiques, donc des ennemis du MPS.

Bagne de Koro-Toro

Selon le site Tchadactuel, Idriss Déby gère personnellement et directement le bagne de Koro-Toro. Seules les personnes arrêtées sur son ordre personnel y sont logés. Première spécificité, aucun des détenus n’y a été admis au terme de procédures légales. En effet, personne n’est passé devant un quelconque procureur, juge, ou tribunal avant d’atterrir à Koro Toro. Les arrestations, les envois et les libérations sont ordonnés personnellement par Idriss Déby. Aucun des détenus n’a jamais vu un juge moins encore un avocat, le lieu est gardé par la tristement célèbre Garde Nationale et Nomade du Tchad (GNNT), une milice créée et entretenue aux frais de l’État, mais mise à la disposition unique de Déby comme la Direction Générale des services de sécurité des Institutions de l’État (DGSSIE), mais ont des tâches différentes. La DGSSIE s’occupe des aspects militaires, une armée privée, par contre la GNNT est en même temps la police, la gendarmerie, les douanes pour le compte de l’homme qui s’est approprié ce malheureux pays d’Afrique centrale.

Il y a des milliers des détenus à Koro-Toro: des simples citoyens ayant eu une altercation anodine avec un parent de Déby, un citoyen qui a prononcé un mot jugé déplacé par les bouffons de Déby, un homme politique jugé irréductible vis à vis du régime, des anciens rebelles, etc…

Des prisonniers enchaînés au Tchad. Image d’Amnesty international

Il y a autant des prisonniers que des tombes, inconnues, anonymes. Aucun ministre de la justice n’a mis les pieds à Koro-Toro, l’Assemblée nationale est sourde muette en la matière, l’opposition dite « démocratique » n’a jamais interpellé le gouvernement, quant aux ONG des droits de l’homme, seule la Convention Tchadienne pour la Défense des Droits de l’Homme (C.T.D.D.H) a osé faire cas, les autres sont inexistants sans parler des ONG internationales.

Le Président Idriss Déby gère personnellement la vie et la mort des tchadiens au grès de ses états d’âme et de ses humeurs sans que personne n’ose lui demander des comptes.

Comment de temps encore les Tchadiens doivent subir la tyrannie d’un seul homme ?

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.