Lutte contre l’impunité au Tchad: quand les réseaux sociaux font pression sur le régime de N’Djaména

Au Tchad, un colonel de police a été arrêté jeudi 27 décembre, accusé d’avoir supervisé la torture à mort d’un homme qu’il accusait de l’avoir volé. Une vidéo montrant une partie du supplice publiée sur Facebook a été vue plus de 13 000 fois.

Dans une vidéo publiée mercredi 26 décembre et sur d’autres images qui circulent sur les réseaux sociaux depuis quelques jours, on voit un homme torse-nu, suspendu par les bras à un mur. Un jeune homme assis au-dessus de lui est armé d’un bâton, il lui donne un coup de pied au visage. Autour, une assemblée hilare.

Cet homme, Oumar Hissein, est mort vendredi 21 décembre, suite aux tortures subies pendant les six jours où il aurait été séquestré chez un colonel de police, à N’Djamena. Le colonel Senoussi Ahmat Ochi a été arrêté jeudi 27 septembre.

Des images vidéos montrent des individus en train de torturer un citoyen du Tchad, cela a conduit à sa mort. Il est vrai, ce sont des faits qui se sont produits depuis le 12 décembre mais ni la justice, ni la police n’ont été informées », a expliqué le procureur de la République Youssouf Tom. Les auteurs des tortures ont introduit la victime dans leur domicile où elle aurait passée six jours. « Quand son état ne tenait plus, ils l’ont prise pour l’a ramener au GMIP où ils ont même fait une décharge. Le commandant du GMIP a refusé de recevoir la victime dont l’état de santé s’était dégradé. Je dirais mourant. Il leur a intimé l’ordre d’aller le déposer à l’hôpital. Ils auraient pris la victime et l’ont déposée dans un rond-point de la ville pour l’abandonner, en lui mettant un billet de 1000 Francs dans la poche et un comprimé », selon les explications du Procureur.

La police de proximité a recueilli la victime le 23 décembre et l’a déposée à l’Hôpital de référence où elle est décédée. « A cette date, j’ai été informé. Nous avons instruit les forces de sécurité afin de retrouver absolument les acteurs de cet acte. Ça été fait, la même nuit, l’homme chez qui l’acte s’est produit a été arrêté dans le cadre de l’enquête, par les éléments du peloton spécial de la gendarmerie. La procédure a été enclenchée. On a instruit à ce qu’absolument on retrouve les autres personnes qui ont contribué à torturer la victime. A la date du 27 décembre, le procès-verbal a été clôturé. La première personne arrêtée à été déférée à la justice », a révélé Youssouf Tom.

« Il a fallu la pression des réseaux sociaux pour que le colonel soit appréhendé »
Tahirou Hissein, un cousin de la victime vivant en France, a misé sur la diffusion des images pour que le responsable de sa mort ne reste pas impuni :

« J’ai reçu une copie de la vidéo montrant la torture de mon cousin Oumar. Je n’ai pas voulu la poster sur ma page tellement les images sont choquantes. Alors je l’ai envoyé à mon ami activiste Abdelkrim Yacoub Koundougoumi [Chef de la division Afrique centrale d’Internet sans frontières] qui vit aussi en France. Nous voulions provoquer un électrochoc.
Il a fallu la pression des réseaux sociaux pour que le colonel soit appréhendé. La justice tchadienne a appliqué la procédure normale, il va aller en maison d’arrêt ».

« Le système a horreur de la publicité « 
Pour Mahamat Nour Ahmat Ibedou, secrétaire générale de la la Convention tchadienne de défense des droits de l’Homme (CTDDH), susciter l’indignation en ligne pourrait être un des derniers moyens d’action :

« Les réseaux sociaux ont joué un très grand rôle, la pression est très forte : le système a horreur de la publicité.
Pour autant nous allons suivre la procédure car en général les autorités font semblant d’arrêter les auteurs de ce genre de crime, puis ils les relâchent ».

En 2016, la publication sur les réseaux sociaux de la vidéo d’un viol collectif sur une lycéenne avait suscité une vague d’indignation dans tout le pays. Les coupables avaient été condamnés à dix ans de prison.

TchadConvergence avec Alwihdainfo et Pierre Hamdi (@PierreHamdi) pour observers.france24.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.