Libye: « les forces de Haftar ont pillé et incendié plus de 90 maisons à Mourzouk »

/1 135 vues

Mohammed Leeno, membre de la Chambre des représentants pour la ville de Mourzouk, a déclaré dimanche que les forces placées sous le commandement de Khalifa Haftar avaient incendié sa maison ainsi que celles de son père et de ses frères et sœurs, ainsi qu’environ 90 autres maisons dans la ville.


Mohammed Leeno, membre de la Chambre des représentants, Parlement de Tobrouk, pour la ville de Mourzouk

Leeno a déclaré aux journalistes que les forces de Haftar avaient tué des personnes sur la base de leurs identités, confirmant qu’il y avait plus de 19 corps à l’hôpital de Mourzouk et des corps décomposés dans les rues.

« Je blâme le commandant de l’opération Dignité, les forces Abdelsalam Al-Hassi, pour les violations commises à Mourzouk lorsqu’il a donné l’ordre de prendre d’assaut les maisons », a-t-il ajouté.

Il a également déclaré qu’ils avaient des preuves de la participation de mercenaires Toro-Boros soudanais aux combats aux côtés des forces de Haftar, indiquant que la Chambre des représentants, parlement de Tobrouk, n’avait aucune autorité sur ces forces.

Les forces de Haftar ont déclaré vendredi qu’elles avaient contrôlé Mourzouk après des affrontements avec la force Toubou de protection du Sud.

Ils ont annoncé qu’ils avaient « libéré Mourzouk des gangs tchadiens et saisi des armes et des véhicules, en plus de capturer de nombreux combattants ».

Dans le même temps, plusieurs membres de la Chambre des Représentants ont suspendu leur statut de membre et certains responsables du gouvernement provisoire ont démissionné pour « nettoyage ethnique » des Toubous libyens par les forces de Haftar et ses mercenaires soudanais.

Aman, une Organisation contre la discrimination (AOAD) a exprimé sa préoccupation devant les violations, les attaques contre des civils et le ciblage de personnes sur la base de leur identité à Mourzouk.

L’AOAD a déclaré samedi dans un communiqué que les attaques contre les civils et les attaques de vengeance perpétrées dans la ville du sud de la Libye entravent les efforts internationaux visant à parvenir à la réconciliation entre tous les Libyens.

« De telles attaques et comportements vont à l’encontre du droit international humanitaire, sans parler de l’aggravation de la crise humanitaire dans la région, nécessitant l’intervention de l’ONU pour évacuer les civils », lit-on dans la déclaration de l’AOAD.

L’AOAD a également appelé la MANUL à assumer ses responsabilités en matière de protection des minorités en Libye.

Les forces de Haftar ont déclaré avoir contrôlé Mourzouk après une semaine de siège violent, selon des sources locales, qui ont annoncé le retrait de la force de protection du sud vers les zones désertiques à la frontière tchadienne.

Le membre de la Chambre des représentants de Mourzouk, Rahma Abu Baker a déclaré vendredi que les forces de Haftar avaient commis des violations lors de leur entrée dans la ville, affirmant que quatre dignitaires de la tribu des Toubous avaient été tués en plus de l’incendie de certaines maisons.

« Ils mènent une guerre ethnique », a-t-elle déclaré.

Pendant ce temps, Mourzouk vit une situation désastreuse car son hôpital souffre d’un manque de fournitures et de personnel médical en raison du siège.

L’envoyé de l’ONU, Ghassan Salame a déclaré à la chaîne de télévision pro-Haftar que « Les opérations militaires ne résoudront pas la crise en Libye ».

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.