mardi 01 décembre 2020Covid-19: 1682 cas, 1515 guéris, 101 décès.
Shadow
               
                   

Le parti CNRD s’indigne contre le confinement forcé des opposants et des défenseurs des droits humains au Tchad

Le Mouvement Patriotique du Salut (MPS), parti au pouvoir au Tchad, a organisé à la fin du mois de novembre un deuxième forum dit « national et inclusif » pour, semble-t-il, évaluer les mécanismes de perpétuation du régime autocratique du Maréchal-Président Idriss Déby, mis en place lors du premier forum en 2018.

Dès l’ouverture des travaux de ce Forum qui ressemble à un congrès du MPS, élargi à ses alliés, la police politique avait bouclé les sièges de certains partis politiques d’opposition et les domiciles des leaders de ces mêmes partis ainsi que les locaux de l’Union des Syndicats de Travailleurs (UST) et  de la Ligue Tchadienne des Droits de l’Homme (LTDH). Cette pression policière intervient suite au refus de certains partis d’opposition et organisations de la société civile de participer aux travaux de ce Forum qui a pour but la pérennisation d’un régime à bout de souffle, mais qui s’accroche contre vents et marées.

Rien ne justifie un tel acharnement contre des citoyens ayant créé des partis politiques et des associations pour participer à la vie politique et associative de leur pays et apporter leur contribution au bien-être de leurs concitoyens. La constitution de notre pays garantit, entre autres, la liberté de réunion et de circulation ainsi que la résistance à toute forme d’oppression.

Le Conseil National de la Résistance pour la Démocratie  (CNRD) condamne vigoureusement l’encerclement policier des locaux des partis politiques et des organisations de la société civile. Ces partis politiques et ces organisations de la société civile ont le droit conformément à la dite constitution de ne pas cautionner l’adoption des reformes institutionnelles imposées par le Président Déby et ses complices.

Le CNRD constate avec regret que notre pays régresse piteusement sur le plan politique, social et économique. Ayant annoncé très tôt le manque de démocratie au Tchad, notre parti est conforté plus que jamais dans son élan de mener la lutte politique à partir de l’extérieur afin d’apporter sa contribution pour un changement dans notre pays.

Aussi, le CNRD lance un appel aux organisations internationales de droits de l’Homme pour intervenir auprès du gouvernement tchadien afin que cesse toute forme de harcèlement contre les leaders politiques et les membres de la société civile.

Fait à Genève, le 9 Novembre 2020

Pour le CNRD,  le Secrétaire National chargé de la Communication et des Nouvelles Technologies de l’Information, Porte-parole du parti, Dr Abdessalam Kadjangaba

Merci de partager cet article...
  • 4
    Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.