Accueil > À la Une > La classe politique sort de son silence sur la guerre de l’or au Tchad: le PLD « exige la fin de la guerre contre la population du Tibesti »
527 vues

La classe politique sort de son silence sur la guerre de l’or au Tchad: le PLD « exige la fin de la guerre contre la population du Tibesti »

Le Parti pour les Libertés et le Développement (PLD), tient depuis ce vendredi 23 novembre 2018, à la Maison de Femmes du Tchad, son 4ème congrès placé sous le thème « Mobilisation pour le développement » en présence des invités à savoir, le français Gerard Fuchs, militant du parti socialiste venu de la France, des leaders de formations politiques de l’opposition démocratique et une myriade de militants en provenance de N’Djamena et de certaines provinces.

Ce 4ème congrès intervient dans un contexte où les élections législatives pointent à l’horizon, permettra à la base du PLD de se mobiliser et de se tenir en éveil pour le combat combien noble, celui de donner au peuple Tchadien le goût d’une vie heureuse sur sa terre pleine de richesse, selon le parti.

Les militants du PLD vont définir entre autres la ligne et les orientations politiques, adopter les statuts, les règlements intérieurs et le programme du parti. Ils vont également élire les membres du conseil politique national (CPN) et entérineront sur proposition des membres du CPN, la désignation du secrétaire général et autant que possible la composition du comité exécutif. Ils statueront aussi sur l’exclusion des membres du parti.

Le secrétaire général adjoint du PLD, Mahamat Ahmat Alhabo, demande aux militants de sa formation politique de travailler avec abnégation en vue de sortir des grandes décisions qui doivent davantage galvaniser le parti à relever les défis de l’heure. Il martèle que le PLD doit être debout pour relever les défis des élections.

Par ailleurs, il indique que les premiers actes de ce pouvoir despotique de la 4ème république ont été la promulgation des ordonnances liberticides, pour museler les médias, harceler les organisations de la société civile et restreindre le fonctionnement des partis politiques.

Selon lui, le pouvoir MPS est détenteur de la force coercitive. « Il a les prisons, la justice sous sa tutelle, les forces de sécurité auxquelles il faut ajouter l’ANS, police politique au service exclusif d’Idriss Deby. Toutes ces institutions distribuent largement et gracieusement la coercition, la violence et l’injustice. Il appartient donc au pouvoir MPS d’arrêter de pratique de l’injustice sociale, d’arrêter la violence gratuite contre les Tchadiens », déclare le secrétaire général adjoint du PLD, Mahamat Ahmat Alhabo.

Le PLD exige entre autres du gouvernement d’arrêter de faire la guerre au peuple Tchadien et notamment contre les populations du Tibesti. Il appelle à décréter un cessez-le-feu et à entamer immédiatement des démarches pour ramener la paix et la quiétude sur l’ensemble du territoire national.

En outre, il exige du gouvernement de prendre des mesures énergiques pour mettre un terme aux conflits entre agriculteurs et éleveurs, en neutralisant et punissant les administrateurs civils et militaires qui sont les principaux instigateurs.

Par Djimet Wiche Wahili, Alwihdainfo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.