vendredi 04 décembre 2020Covid-19: 1682 cas, 1515 guéris, 101 décès.
Shadow
               
                   

Idriss Déby ordonne pour la énième fois la levée des barrières douanières illégales érigées à l’intérieur du Tchad

Ce sont les mêmes personnalités à savoir ministres et Directeurs en charge de différents services pourvoyeurs des recettes de l’Etat qui se sont retrouvés ce 21 octobre face au Ministre d’Etat, Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République, M. Kalzeubé Payimi Deubet. Ils ont examiné et évalué ensemble, par départements ministériels, les recettes et dépenses du trésor public.

Peu avant de lever la séance, le Ministre d’Etat, Ministre Secrétaire Général de la Présidence de la République, M. Kalzeubé Payimi Deubet a porté à la connaissance de l’assistance deux instructions fermes émanant du Maréchal du Tchad.

Primo: interdiction absolue aux gouverneurs des provinces de faire des appels de fonds dans les trésoreries provinciales. Tous ceux qui l’ont déjà fait, doivent rembourser.

Secundo: interdiction formelle aux douaniers de s’adonner à des courses-poursuites et/ou de saisir des marchandises en ville. Les contrôles et saisies doivent s’opérer au cordon douanier.

Tertio: levée immédiate de toutes les barrières douanières anarchiques à l’intérieur du territoire national, ordonne le Maréchal-Président du Tchad Idriss Déby. Au Tchad, il y a des barrières de contrôles de sécurité à l’intérieur du pays. Ce sont des éléments de la gendarmerie et de la Garde nationale et nomade du Tchad (GNNT) qui se mettent, avec la complicité de leurs chefs, le long des routes pour fouiller les passagers et surtout pour faire payer chaque véhicule de transports de 5000 à 15 000 FCFA sans reçus. Cela s’apparente à du racket et le Président Déby avait déjà ordonné en mai 2018 la levée de toutes ces barrières. Mais, quelques jours après, les forces de l’ordre ont repris leurs activités de racket sur les barrières comme si de rien n’était.

Selon les commerçants convoyeurs de bétail sur pied de l’est du Tchad vers le Borkou-Ennedi-Tibesti (BET), un certain commandant de la brigade mobile de la Douane en poste à Kalait aurait exiger le dédouanement de tout animal sur pied en partance de Kalait vers le Borkou et le Tibesti, au nord du Tchad.

La population de Zouar est excédée par les comportements des douaniers mobiles et des policiers qui ont érigé plus de huit barrières à l’entrée et même au centre de la ville. À chaque point de passage, les commerçants sont illégalement rançonnés. C’est un réseau mafieux qui serait mis en place avec la complicité du Délégué régional de la police et du gouverneur du Tibesti. Ce sont des millions de FCFA qui ainsi sont collectés chaque semaine et qui ne sont évidement pas versés au trésor public.

Les multiples barrières illégales érigées sur les voies d’acheminement des produits de première nécessité par les forces de défense et de sécurité constituent un grand obstacle au développement de l’agriculture et de l’élevage, deux secteurs qui constituent la mamelle de l’économie nationale.

Nous appelons donc les autorités tchadiennes à veiller cette fois-ci d’une manière plus stricte sur les droits des populations d’aller et venir sur toute l’étendue du territoire national.

Merci de partager cet article...
  • 9
    Partages

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.