Accueil > À la Une > Dialogue politique au Tchad: après l’échec de la médiation de l’ONU, une délégation du Sénat français pour amener Idriss Déby à la table des discussions ?
2 989 vues

Dialogue politique au Tchad: après l’échec de la médiation de l’ONU, une délégation du Sénat français pour amener Idriss Déby à la table des discussions ?

Une délégation du Sénat français, avec à sa tête son président Gérard Larcher, se rendra du 25 février au 2 mars au Tchad et au Niger, où elle rencontrera les plus hautes autorités “dans un contexte régional marqué par une recrudescence des actions terroristes”.

Le Président de la Chambre haute du parlement  français, Gérard Larcher, se rendra au Tchad et au Niger du 25 février au 2 mars accompagné d’une importante délégation sénatoriale composée de:

  • Christophe-André Frassa, Sénateur représentant les Français établis hors de France ;
  • Jean-Pierre Grand, Sénateur de l’Hérault ;
  • Fabienne Keller, Sénatrice du Bas-Rhin ;
  • André Reichardt, Sénateur du Bas-Rhin ;
  • Michèle Vullien, Sénatrice du Rhône;
  • Et Jacques Legendre, Sénateur honoraire.

Le second personnage de l’État français aura une rencontre au Tchad avec le Président Idriss Déby qui semble intransigeant face à la situation sociale et politique dans son pays.

Au Tchad, les écoles et les hôpitaux sont fermés depuis un mois après le déclenchement de la grève sèche et illimitée par la plateforme syndicale revendicative pour contraindre le gouvernement à abandonner les mesures d’austérité qu’il a prises en abattant le salaire des agents de la fonction publique afin de juguler la crise financière. Les deux parties (Syndicats et gouvernement) campent sur leurs positions malgré la tension très vive dans toutes les grandes villes du pays. C’est le dialogue de sourd qui s’est instauré entre le Gouvernement et la plateforme composée de l’Union des syndicats du Tchad (UST), le syndicat national des enseignants et chercheurs du supérieur (SYNECS) et enfin la confédération indépendante des syndicats du Tchad (CIST). Outre les démarches entreprises par les partis politiques et de quelques associations de la société civile, les dignitaires religieux ont demandé à être reçus par le Premier ministre pour lui faire part de leur inquiétude quant à la persistance de la grève qui touche tous les secteurs de la vie nationale. Ils ont exhorté les deux parties à renouer le fil de dialogue afin de trouver une solution efficace et efficiente à cette grève qui ne fait perdurer. Il faut dire que toutes les activités socio-économiques du pays tournent au ralenti et même le service minimum instauré au niveau des établissements sanitaire du pays a été suspendu. Mandaté par le Secrétaire général des Nations unies, le Chef de bureau pour l’Afrique centrale, M.Francois Lonseny Fall, a rencontré, durant une visite de trois jours, le 14, 15 et 16 janvier 2018, toute la classe politique tchadienne. Mais cette médiation semble être dans l’impasse.

Il faut ajouter le président de l’Assemblée nationale du Tchad, le « voleur de l’Éducation nationale », Dr Haroun Kabadi a été reçu le 1er février au Sénat français à Paris.

L’Afrique centrale est une préoccupation majeure pour la France. Elle conditionne l’avenir de toute la région. « L’Afrique centrale est la clef pour la stabilité de toute la région et un enjeu majeur pour la France », a déclaré M. Larcher à la veille de cette visite qui s’inscrit dans le cadre de ses déplacements internationaux “pour une diplomatie parlementaire active et complémentaire de celle de l’exécutif”, ont précisé ses services.

Le Président Larcher se rendra auprès des forces françaises à N’Djamena et à Niamey engagées dans le cadre de l’opération Barkhane, afin de rendre un hommage solennel aux soldats.

Il rencontrera les plus hautes autorités tchadiennes et nigériennes, dans un contexte régional marqué par une recrudescence des actions terroristes.

Il abordera également au Niger les questions liées à l’immigration et se rendra au Tchad dans un camp de réfugiés géré par le HCR.

Enfin, les enjeux liés au dérèglement climatique et au développement seront au programme de ce déplacement. La délégation sénatoriale se rendra aux abords du lac Tchad, qui a perdu en cinquante ans 90 % de sa superficie.

TchadConvergence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.